Les militants restent mobilisés au sein du MAK !

24

KABYLIE (Tamurt) – Les dernières divergences qui sont apparues entres les responsables du MAK, que la presse algérienne a bien évidemment amplifiées, n’ont guère altéré de la mobilisation au sein des sections du MAK. Que se soit en Kabylie ou à l’étranger.  

« Le MAK n’est pas le FLN ou le RND. La démocratie et les débats contradictoires ont fait justement de ce mouvement le vrai représentant du digne peuple kabyle. Au sein des sections de la Kabylie profonde, les militantes et les militantes restent , plus que jamais, mobilisés. On se prépare, d’ores et déjà, aux manifestations du Yennayer  prochain et le 20 avril ainsi que pour d’autres activités de proximités », nous fera remarquer un militant de Vudjima, au sud de Tizi-Ouzou. Même échos à travers toute la Kabylie. « Ce que je retiens, ce sont le niveau des débats entres les responsables du MAK. Un débat constructif et de haut niveau à la hauteur des attentes des kabyles. Les campagnes du dénigrement auxquelles ils nous ont habituées les partis du RCD et du FFS ne sont que du passé en Kabylie » ajouta une autre militante à Tizi-Ouzou. Cette dernière dira même que les dernières divergences entre Ferhat et Vuaziz ont renforcé les rangs du MAK.

Concernant les éventuelles négociations avec le pouvoir, les avis divergent et se convergent au sein du MAK.
« Le MAK doit poser d’abord ses conditions. On ne doit parler que du référendum d’autodétermination. Le peuple kabyle doit s’exprimer librement sur trois éventualités : l’indépendance totale de la Kabylie,  un statut de large autonomie ou bien elle reste rattachée à l’Algérie », propose un autre militant. «  Quoi de plus claire et démocratique que ça ? » s’interroge-t-il. «  Le fait d’arriver d’abord à parler de négociations, c’est une preuve que le MAK est la seule force politique dominante en Kabylie. Le pouvoir doit certainement céder, mais il faut faire très attention. Les décideurs sont rusés. Ils veulent d’abord semer la zizanie au sein du MAK pour l’affaiblir. Il faut éviter l’erreure du mouvement citoyen » dira Hamid, un pharmacien et militant du MAK. Pour d’autres, c’est le moment de redoubler d’activités et de mobilisation pour arracher la victoire finale.

Lounès B 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici