Ministère de l’intérieur – Les relais de Saïd Bouteflika mis à l’index

2

S’étant imposé comme une autorité autoproclamée du suivi de l’état d’avancement du programme du chef de l’Etat, ce comité n’aura, désormais, aucun droit de demander des comptes à l’administration locale et aux institutions de l’Etat. Le tapis rouge ne sera plus déroulé au passage des membres de ce comité.

L’instruction adressée, le 25 octobre 2011, aux walis par le secrétaire général du ministère de l’Intérieur est on ne peut plus claire : «Nous avons été informés que des membres de ce qui est appelé ‘‘le Comité national de suivi du programme du président de la République’’ se rendent souvent aux APC, aux daïras et aux directions générales pour demander des informations, des déclarations et des documents concernant la réalisation de certains projets. Dans ce cadre, je vous informe que cette organisation n’a aucune existence légale et ne jouit d’aucune qualité lui permettant de demander ce genre d’informations qui sont du ressort exclusif des pouvoirs publics», précise l’instruction n°2925, dont El Watan a pu obtenir une copie. Poursuivant, le responsable du ministère demande explicitement aux walis et aux responsables locaux de ne plus traiter avec les représentants du comité en question. «Je vous demande de ne plus traiter avec aucune partie représentant cette organisation», ajoute le ministère dans son document.

L’énigme Saïd Bouteflika

Comment ce comité a-t-il été créé ? Par qui et à quelle fin ? De quel droit une entité non reconnue légalement s’arroge les pouvoirs d’une autorité publique ? Pourquoi le ministère de l’Intérieur, qui refuse d’autoriser des activités des organisations reconnues légalement, a toléré, durant plusieurs mois, voire des années, l’existence de ce genre de comité qui, de surcroît, bénéficie même d’une large couverture de la part de la télévision nationale ? Le département de Daho Ould Kablia devrait éclairer l’opinion sur ce sujet.

Depuis 2004, plusieurs comités de soutien au programme du président de la République sont nés. Sans demander d’agrément, leurs membres activent sans aucune difficulté. Parfois, ils sont même parrainés ou soutenus par des ministres. Samedi dernier, la «Coordination des comités de soutien au programme du président de la République» a réussi à organiser, avec la présence du ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar, une conférence à Alger.

Selon nos informations, ces mêmes comités préparent l’organisation, dans les prochains jours, du congrès constitutif du parti du frère cadet du chef de l’Etat, Saïd Bouteflika, en l’occurrence le Rassemblement pour la concorde nationale (RCN). Un parti dont l’objectif est de porter Saïd Bouteflika au pouvoir pour succéder à son frère aîné, dont l’état de santé ne lui permet pas de briguer un nouveau mandat. La réaction du ministère de l’Intérieur, aujourd’hui, vise-t-elle à faire capoter cette éventualité ? La note de ce ministère semble accréditer la thèse que cette instruction a été donnée pour couper tous les relais de soutien à une quelconque candidature de Saïd Bouteflika. L’on serait aussi tenté de nous poser la question si le Président est politiquement en perte de vitesse.

Madjid Makedhi