Le ministre des sports à Bougie pour célébrer le 20 avril

1
Le ministre des sports à Bgayet pour célébrer le 20 avril
KABYLIE (Tamurt) _ Exceptionnellement, cette année, le pouvoir algérien s’est mis de la partie pour célébrer le printemps amazigh. Mais, bien entendu, il doit faire des mains et des pieds pour changer le court des choses.
Profitant de la présence programmée du néo-ministre de la jeunesse et des sports,  ce kabyle de service qu’est Ould Ali, la zorna était présente à la placette de la liberté de la presse, à savoir celle de  Saïd Mekbel.
 
Mais cela ne veut rien dire car le mouvement citoyen  a programmé une kyrielle de manifestations, tant culturelles que festives, à travers toutes les contrées de la wilaya de Bougie.   Des portes ouvertes sur l’université de Batna à Akbou,  un tas d’activités sous forme de conférences ou de manifestations culturelles au campus d’Amizour, un semi-marathon suivi d’un gala artistique à Souk EL Tenine, autant d’activités culturelles qui son programmées dans pratiquement toutes les communes de la wilaya.
 
Par ailleurs, le manifeste kabyle a appelé à resserrer les rangs pour défendre « ce référent historique qui rassemble tous les militants amazighs afin de faire un instant de fraternité dans le but de répondre favorablement à une demande légitime de tout un peuple.   
 
Pour les animateurs du Manifeste Kabyle, le printemps berbère est devenu   « ces dernières années un grand moment de commémoration, de communion et de rassemblement des Amazighs aussi bien en Kabylie que dans les autres régions amazighophones d’Afrique du Nord. C’est le lieu privilégié d’expression de leur refus des politiques de déculturation et de la falsification de leur identité et de l’Histoire. Ils se lèvent de plus en plus nombreux, malgré la manipulation et la répression, pour réclamer la place légitime qui leur revient de droit dans les constitutions et institutions des Etats d’Afrique de Nord », soulignant son caractère de date anniversaire de tous ceux qui s’inscrivent dans le combat amazigh dans toutes ses expressions politiques.
 
Amaynut