Mise en œuvre de la résolution 1973 de l’ONU – Les pays qui ont déclaré la guerre au dictateur Kadhafi

1

La France: Premièr pays à reconnaître le Conseil national de transition et à recevoir les représentants de l’opposition libyenne. C’est aussi le pays Initiateur de cette intervention musclée de l’ONU.

Grand Bretagne: Les Anglais participeront avec des avions de combat Tornado et Eurofighter, Le premier Ministre, David Cameron, a déclaré devant les députés que le Royaume-Uni jouera son rôle dans cette opération conjointe dans laquelle les trois conditions posées pour une intervention sont réunies. Il mentionne aussi “un motif clair pour intervenir”, “un soutien régional”, et enfin “une base légale”, avec la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies votée jeudi soir.

L’Otan discute des implications de la résolution et planifie des opérations destinée à faire face à toute éventualité. Elle démontre la nécessité pour l’Alliance d’agir affirme un soutien régional ferme sur une base juridique claire, comme l’ont décidé les ministres de la Défense de l’Otan, la semaine dernière à
Bruxelles. Elle rappelle que l’Otan agit par consensus.

La Grèce : Son Ministre des Affaires étrangères, Dimitris Droutsas a déclaré : “La Grèce est prête à aider en coopération avec ses partenaires et ses alliés (de l’Otan) pour faire respecter la légitimité internationale”, La Grèce réclame un “cessez-le-feu immédiat”.

La Norvège : Sa contribution reste encore à déterminer. Possibilité d’envoi d’avions de combat F-16 norvégiens. Une grande opération humanitaire va également être mise en place, ce qui rend d’actualité l’envoi d’avions de transport.

Le Danemark : “Trop tôt pour dire de quelle façon”, a déclaré la ministre norvégienne de la Défense, Grete Faremo, au quotidien Verdens Gang (VG). La ministre danoise des Affaires étrangères, Lene Espersen, a annoncé pour sa part qu’elle allait demander l’appui du Parlement danois pour une contribution militaire.

Le Qatar : Un responsable du ministère des Affaires étrangères cité par QNA a déclaré que le Qatar participera aux opérations internationales visant à protéger les civils en Libye.

L’Australie : le ministre australien des Affaires étrangères, Kevin Rudd, craint que les frappes n’arrivent “trop tard”. Il assure que l’Australie soutiendrait “l’application” de la résolution.

La Belgique : Le ministre des Affaires européennes et de la coopération, Olivier Chastel, à déclaré à la presse “Il a été décidé par le gouvernement de se ranger pleinement dans les capacités militaires de l’Otan et de voir avec les forces d’intervention de l’Otan quelles étaient les besoins et la manière avec
laquelle la Belgique pourrait contribuer pleinement”, “La Belgique a six F-16 actuellement stationnés en Grèce et une frégate en Méditerranée” à disposition pour une telle intervention”

Les pays qui ne participeront pas à une intervention en Libye

L’Allemagne ne veut pas intervenir militairement, mais “comprend” la volonté de ses alliés d’y aller, a déclaré vendredi le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle.

L’Inde a déclaré vendredi qu’elle voulait voir les citoyens d’Afrique du nord et du Moyen Orient prendre leurs propres décisions “en dehors d’une ingérence extérieure”.

La Pologne est prête à offrir ses avions de transport, mais exclut sa participation à une force de frappe en Libye après le feu vert de l’ONU, a déclaré vendredi le ministre polonais de la Défense, Bogdan Klich.

La Russie a exclu toute participation à une opération militaire en Libye, a déclaré le chef de l’état- major de l’armée russe, le général Nikolaï Makarov, cité par Interfax.

La Turquie : Un communiqué du service de presse du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. rappelle que la Turquie est depuis le début de la crise opposée à une “intervention étrangère en Libye, pays ami et frère”.