Miss Kabylie 2017 à Radio Canut : « Mourad Aït Ahmed m’a fait des avances »

25

KABYLIE (Tamurt) – Amira Mokrani, miss Kabylie 2017, est revenue avec détails  sur son litige avec l’organisateur de ce concours, Mourad Aït Ahmed.  

 

« Pour récupérer mon attestation de miss Kabylie,  Mourad Aït Ahmed m’a demandé de payer. Et payer veut dire ce que cela veut dire. C’est un chantage. Il a insisté mais j’ai refusé », lance Amira Mokrani sur les ondes de la radio Canut.

Elle vient de confirmer l’information donnée par Tamurt  selon laquelle Mourad Aït Ahmed avait fait des avances à miss Kabylie 2017. La victime ne s’arrête pas là. «  Mourad Aït Ahmed voulait même que j’ai des rapports  avec trois ou quatre personnes riches et qui ont le bras long. Devant mon refus, il a décidé de me retirer mon titre », accuse en direct et clairement, Amira Mokrani.

« D’autres miss des années précédentes ont aussi été  victimes de ce même chantage de la part de Mourad Aït Ahmed », ajoute Amira Mokrani. « Il m’a même privé de mon voyage au Maroc car il ne veut pas que je voyage avec lui tout seul, alors que je devais voyager avec mes deux Dauphines », en pleurant. Miss Kabylie semble très affectée par les harcèlements morales dont elle a été  victime.  Les accusations sont graves. Mourad Aït Ahmed et sa compagne doivent être déferrés devant les juges pour répondre à cette grave atteinte à l’honneur de jeunes filles innocentes.

Les parents des victimes doivent réagir. Les Kabyles en général aussi  sont concernés par cette affaire. Mourad Aït Ahmed, un proxénète très connu dans les milieux d’affaires à Tizi-Ouzou, ne doit plus utiliser le mot Kabylie dans ses activités. Le courage d’Amira Mokrani est à saluer, mais toute seule, elle ne peut pas continuer ce combat. Elle doit être assistée par toute la société civile et les anciennes miss doivent s’unir contre cet homme qui agit sans aucune crainte. Jadis, ce genre de personne était  bannies à jamais de la société kabyle.

Ravah Amokrane