Mohamed Nebbou à propos de la crise économique en Algérie: « Le pouvoir est en panne de vision pour la sortie de crise »

9

SOUK EL TENINE (Tamurt) – Le secrétaire général du Front des Forces Socialistes, Mohamed Nebbou, a tiré, hier, à boulets rouges sur le pouvoir d’Alger, indiquant que ce dernier manque d’une véritable vision et stratégie de sortie de crise en Algérie, après notamment la chute des prix du pétrole dans les marchés mondiaux.

Pour lui, le pouvoir central doit impliquer toutes les parties de la société algérienne, notamment les politiques en premier lieu, pour débattre des problèmes du pays. « Dans la situation actuelle, le politique prime sur l’économique et le financier même si les réalités dans ces domaines doivent être appréhendées avec lucidité, pragmatisme et courage », a-t-il dit à l’ouverture des travaux de l’Université d’été de ce parti à Souk El-Tenine.

Il a estimé que la sortie de crise économique implique toutes les parties de la société pour réaliser un consensus autour des questions communes, comme si l’espoir d’une Algérie unie et prospère demeure encore. Dans un discours utopique, l’intervenant a réitéré la « détermination » de son parti à concrétiser le projet de la conférence nationale du consensus comme, croit-il encore, meilleure issue de sortie de crise en En Algérie.

Il prône un débat national et une véritable concertation sur les sujets stratégiques et un audit sérieux sur la situation socioéconomique du pays. Le FFS, qui a boycotté, hier, l’ouverture de la saison d’automne du parlement algérien, n’a pas drainé un monde à la hauteur de sa « réputation » en Algérie à cet événement, et ce, pour des raisons diverses. Cela dit, ce parti perd de plus en plus de popularité et de crédibilité en Kabylie, notamment dans une région où le FFS était bien implanté. L’événement est dédié aux étudiants, a connu un désintérêt remarquable même de la part des participants dont certains sont venus en fait pour profiter des plages de cette coquette.

Hakim Tazrourt