« Monsieur Lazhar » avec Fellag dans le rôle principal nominé aux oscars

18

CULTURE (Tamurt) – « Monsieur Lazhar », le film canadien où le comédien Kabyle Fellag campe le rôle principal, est nominé aux oscars dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère.

Le film du réalisateur canadien, Philippe Falardeau raconte l’histoire d’un immigrant algérien récemment arrivé à Montréal et qui est embauché afin de remplacer une enseignante qui s’est suicidée en classe.

Dans la même catégorie de cette soirée des oscars qui se déroulera le 26 février prochain, quatre films ont été nominé. Bullhead de Michael R. Roskam (Belgique), Footnote de Joseph Cedar (Israel), In Darkness de Agnieszka Holland (Pologne) et Une séparation d’Asghar Farhadi (Iran)

A noter que ce quatrième long métrage du réalisateur canadien, a fait l’objet de plusieurs récompenses ces derniers moi. Il a entre autres remporté le prix du meilleur film canadien au Festival international du film de Toronto, le Prix spécial du jury au Festival International du Film Francophone de Namur, de même que le Variety Piazza Grande Award et le Prix du public UBS au Festival du film de Locarno.

Rappelons que l’humoriste, écrivain et acteur kabyle de notoriété internationale avait déjà séjourné au canada entre 1978 et 1981 où il vivait de petits emplois avant de se lancer définitivement dans la réalisation de ses projets artistiques. Après son retour en Algérie en 1985 et son passage par le théâtre national algérien ou il était engagé comme metteur en scène, il crée son premier spectacle en 1987 « Les aventures de Tchop ». Suivent trois autres spectacles, Cocktail Khorotov et SOS Labès et Un bateau pour l’Australie. Avec un franc parler auquel les algériens n’étaient pas habitués et une grande finesse, il traite des frustrations de la jeunesse, des rapport entre l’homme et la femme et des abus du pouvoir algérien.

La montée de la violence en Algérie le contraint à s’exiler en France, où il crée en 1997 un spectacle en français, Djurdjurassique Bled, qui lui vaut le prix du Syndicat de la critique 1997-1998, en tant que révélation théâtrale de l’année. Dans ce spectacle, il raconte en différentes étapes l’histoire de son pays natal, ses angoisses, ses folies et l’humanité de son peuple.
Il enchaine en 2001 avec Rue des petites daurades, Le Syndrome de la page 12, Le Dernier Chameau, Tous les Algériens sont des mécaniciens en 2008 et en 2011 avec Petits chocs des civilisations.

Après plusieurs rôle au cinéma, il tien le rôle principal dans « Monsieur Lazhar », un film qui a raflé plusieurs récompenses et qui est nominé à la 84ème soirée des oscars.