Mourad Zimou publie son premier roman en kabyle

3
COUVERTURE DU LIVRE DE MOURAD ZIMOU
COUVERTURE DU LIVRE DE MOURAD ZIMOU

KABYLIE (TAMURT) – Le chanteur, poète et nouvelliste Mourad Zimou (Murad Zimu) vient de publier son premier roman en langue kabyle aux éditions « Casbah d’Alger ». Le roman porte le titre de « Kawitu » en référence au personnage principal du livre.

Mourad Zimou, pour rappel est un artiste et auteur âgé de 49 ans. Il est né et a vécu en Kabylie avant de s’exiler en France suite à la dégradation des conditions de vie en Algérie surtout après le printemps noir de Kabylie. C’est donc en 2001 que Mourad Zimou a quitté le pays pour s’installer en France. Mourad Zimou est en outre licencié en sociologie de l’université d’Alger et détenteur d’un DEA en socio-anthropologie de l’université Paris VIII. Actuellement, Mourad Zimou prépare un doctorat. Mourad Zimou a été par ailleurs animateur d’émissions culturelles à la radio chaine II entre 1998 et 2001. Dans le domaine de la chanson, il a édité quatre CDrom. Il s’agit de l’album « Salupri », « Matlic », « Nanqus » et « Apipri kan ».

En littérature, Mourad Zimou a édité deux recueils de nouvelles, intitulés « Tikli » et « Amdakwel ». Il faut préciser que de nombreux romans en kabyle viennent de paraitre ces jours-ci. En plus du livre de Mourad Zimou, l’auteur Djamel Laceb vient d’éditer un premier roman intitulé « Nna Ghni », Lyès Belaidi vient de publier aussi son premier roman : « Yezger asaka ». En outre, de nombreux romans écrits dans d’autres langues viennent d’être traduits et publiés en langue kabyle. C’est le cas du roman « Lalla » du célèbre écrivain Waciny Laredj ainsi que du roman de Nassira Belloula intitulé : « Terre des femmes ».

Tarik Haddouche

COUVERTURE DU LIVRE DE MOURAD ZIMOU
COUVERTURE DU LIVRE DE MOURAD ZIMOU

3 COMMENTAIRES

  1. Azul merra fel-awen
    Ad d-iseqwu irkazen d tlawin am mas Zimou d wiyaḍ. Tutlayt nneɣ i wwi-d akken a nbedd ɣer-s. Ur laq ara a nebru i ṭṭbel deg waman, am akken i yessaram ucengu asertan aɛrab-ineslem » . Asekkak agi aɛrab-neslem iɣ-d-yusan si Cerq-Alemmas, d ssem i ikecmen tawacutl tamaziɣt sumata n Tmazɣa. Deg waya, tawacult taɛrabt-tineslemt temnaɛ iman-is akken tamaziɣt , taqbaylit ur tkeččem ara tawacult taɛrabt tazayrit. D nekwni kan ig tellin tiwura akken acengu tidyulugit n taɛrabt ad teg iẓuran di tlemmast n wul n twacult tamaziɣt. Ad aɣ-yeṣṣer Yillu amma a nenger !

  2. Bravo. Ce qui importe ce n’est pas ce que l’on vous reconnait mais ce dont vous vous reconnaissez. Coter son peuple dans la perspective d’auto evaluation est la base de la modernité, ce que les assimilationnistes à l’arabité n’ont jamais compris. Ils croient que pour faire un peuple il faille se procurer la carapace la plus accessible plutot que celle plus idoine, la sienne.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici