MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE – Solidarité avec le peuple mozabite victime des exactions de l’Etat algérien

2

Depuis plus d’une année, le Mzab, territoire amazigh, endure le martyre. Son peuple est soumis à une terrible tragédie orchestrée par le pouvoir algérien et ses sbires. Des voyous notoires, hostiles aux Amazighs mozabites, sont recrutés au sein de la communauté arabe chaâmbi, à partir d’Alger, pour provoquer la communauté mozabite et la pousser à la confrontation violente.

A ce jour, plus d’une dizaine de jeunes Mozabites sont assassinés, des cimetières séculaires profanés. Leurs demeures et leurs magasins sont incendiés dans une totale impunité qui rappelle étrangement les crimes des gendarmes Algériens, qui avaient assassiné les 128 jeunes Kabyles, durant les événements sanglants du Printemps noir de Kabylie en 2001.

Malgré leur civisme, leur appel à la raison et leur disponibilité à négocier pour éviter la barbarie, nos frères amazighs du Mzab continuent de subir les affres de leurs voisins chaâmbsi, aidés et soutenus par les services de répression envoyés en renfort par l’Etat algérien pour contenir la colère légitime d’un peuple dont on envisage l’extermination.

Le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), fidèle aux valeurs de solidarité entre les Peuples amazighs, condamne avec énergie la violence de l’Etat algérien et de la communauté arabe de Ghardaïa. Il appelle les Mozabites à faire preuve de courage et de détermination pour déjouer cet ethnocide dont seul le pouvoir infâme algérien assumera les conséquences.

Le MAK appelle les instances internationales qui brillent par leur indifférence, notamment l’ONU, à intervenir rapidement afin de mettre fin à l’effusion de sang amazigh mozabite dans la vallée du Mzab. Tout en réaffirmant son attachement à la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, il salue les efforts la communauté mozabite et l’encourage à défendre son droit à l’autonomie régionale telle que souhaitée par plusieurs de ses représentants.

Kabylie, le 17 juillet 2014
Hocine Azem, Secrétaire National aux Relations Extérieures