Tous les moyens sont bons pour invectiver la Kabylie, les zouaves pontificaux aux aguets

5
ffs, rcd, kabylie
ffs, rcd, kabylie

KABYLIE (Tamurt) – La sensibilité des troubadours, entonnant les louanges de l’unité nationale, bat son plein ces derniers mois. Et pour cause ! L’unité des Kabyles autour du projet de l’autodétermination fait voir rouge au pouvoir d’Alger.  Pour contrecarrer le MAK, le pouvoir maléfique algérien a recours à ses relais en Kabylie, notamment  les partis du RCD et FFS, en perte de vitesse.

Pour le premier, les tentatives de marche organisées le 20 avril se sont avérées un vrai fiasco. Quant au parti du défunt Ait Ahmed, ses responsables lancent des imprécations à la cantonade contre le mouvement de l’autodétermination de la Kabylie. Ces derniers vouent les mérites de l’unité nationale et que nul ne peut transcender la République algérienne, au talon d’Achille.  L’ancien secrétaire général du FFS, Ahmed Bettatache, était avant-hier à Oran où il a animé une conférence à l’occasion du 36e anniversaire du Printemps amazigh. Pour lui, on ne peut dissocier l’amazighité de la démocratie.

Pour Bettatache, les partisans du MAK  qui revendiquent leur autonomie ne devraient pas fêter le 20 avril puisque pour eux, il est question de revendication kabyle et non amazighe. L’enclosure de l’esprit d’avril 80 ne doit pas être réduit à un accident de parcours, car les sacrifices de la Kabylie n’ont de compassion aucune auprès du reste des Algériens. La Kabylie a payé un lourd tribut à la liberté et à la démocratie sans que le reste des Algériens ne bougent d’un iota.

Les événements d’avril 2001 sont une preuve tangible de l’indifférence des autres régions aux malheurs de la Kabylie. Cette dernière  était mise à feu et à sang par le régime algérien, mais les familles kabyles pleuraient en silence dans la grande indifférence. Dira aujourd’hui que le printemps berbère est l’apanage de tous les Algériens est synonyme de trahison pour les centaines de victimes et des milliers de blessés desdits événements tragiques.

Un délire de plus qui s’ajoute aux mille et une sottise des rabâcheurs de poncifs anti-kabyle. La Kabylie ne renie aucunement son attachement à l’Amazighité, contrairement à ces prédicateurs de la haine et de l’inimitié. Les propos décousus de l’ex-secrétaire général du FFS germent de l’état de déréliction qui couve l’esprit des nostalgiques de l’Algérie unie et indivisible. Les zouaves pontificaux sont aux aguets, espérant plaire à leur Tsar d’Alger.

Amnay