Le MSP premier à Mirabeau : Les islamistes au seuil de la Kabylie

13
députés islamistes

TIZI OUZOU (Tamurt) – Pour la première fois dans l’histoire de la Kabylie, les islamistes ont réussi à se classer premiers dans une localité de la wilaya de Tizi-Ouzou. Le danger est donc réel car au rythme où vont les choses, cette avancée de l’intégrisme et de l’obscurantisme-arabo-baathiste dans le pays de Matoub Lounes risque de se transformer en véritable menace.

En effet, suite aux élections législatives du 4 mai dernier, le Mouvement de la société pour la paix (HMS), un parti intégriste, créé par Mahfoud Nahnah, est parvenu à se classer premier dans la localité de Mirabeau (Draa Ben Khedda), située à peine à onze kilomètres à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou. C’est la première fois qu’un parti islamiste remporte ainsi une « victoire » relative dans une localité de la Kabylie à l’occasion des législatives. On savait que Mirabeau était en proie à l’arabo-islamisme mais depuis toujours, quand il s’agit d’élections, les partis islamistes n’arrivaient pas à détrôner notamment le parti du Front des forces socialistes à Mirabeau. Cette fois-ci, les islamistes semblent avoir bien tiré profit du recul du FFS. La ville de Mirabeau, en plus de son islamisation, elle est aussi une localité arabisée. Quand on se promène dans ses rues, on ne dirait pas qu’on est au cœur de la Kabylie.

Le pouvoir algérien dans sa stratégie d’arabisation de la Kabylie a ramené des milliers de familles de différentes localités arabophones auxquels il a vendu des lots de terrain au dinar symbolique, l’essentiel étant de « grignoter » des aires de zones arabes en Kabylie dans le but d’éliminer, à la longue, toute trace de langue et d’identité kabyle. Aujourd’hui, la ville de Mirabeau est dominée par l’utilisation de la langue arabe même dans des quartiers où réside une grande partie de kabyles, ayant acheté des appartements dans des immeubles de cette ville. Mirabeau est aussi une localité où l’islamisme est en plein expansion. Un vrai danger car, au train où vont les choses, la Kabylie perdra ainsi l’une de ses plus grandes villes.

Tahar Khellaf  

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici