Multiplication des attentats terroristes en Kabylie : « Le pouvoir algérien livre une guerre infâme contre le peuple kabyle », selon le MAK

14

KABYLIE (Tamurt) – Pour le MAK, la région vit une situation sécuritaire des plus dégradées. Quatre attentats en moins d’une semaine ont été perpétrés à Tizi-Ouzou. « Une wilaya pourtant outrancièrement quadrillée par les militaires et autres corps armés », précise le mouvement autonomiste.

Pour le MAK, l’assassinat d’un garde communal à Bougie par l’ANP, est une « bavure » de trop qui « s’apparente à un crime prémédité répondant à une stratégie de normalisation de la Kabylie par la violence et la terreur ».

De bavure en bavure, fait remarquer le MAK, « l’ANP confirme par la terreur son rôle d’armée d’occupation ». D’où sa présence en grand nombre dans toutes les localités de Kabylie, mais sans trop d’efficacité contre la violence terroriste pourtant son éradication est « l’objectif initial ». « Désormais, sa présence constitue une source d’insécurité pour le Peuple Kabyle », avertit le MAK.

Le terrorisme « résiduel » demeure plus que nuisible dans la seule région de Kabylie sanctionnée par un régime raciste qui ne vit que pour l’humilier, la normaliser et la dépersonnaliser par tous les moyens, y compris en actionnant ses groupes armées. « Le pouvoir algérien livre une guerre infâme contre le peuple kabyle », précise le MAK. Les bavures de l’ANP, conjuguées à une violence terroriste entretenue font de notre région un enfer, ajoute-t-on encore.

Devant cette mort à petit feu que subit la Kabylie, le président du MAK par intérim, M. Mouloud Mebarki « interpelle les instances internationales afin de mettre le régime algérien devant ses responsabilités, faire cesser sa politique génocidaire et ethnocidaire et apporter leurs soutiens au Peuple Kabyle dans la quête pacifique de son droit à l’autodétermination ».