M’ZAB: le Maroc rejette en bloc les accusations d’Alger

21

MAROC (Tamurt) – Lors de leur visite à ghardaia, le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal ainsi que le directeur du cabinet du président Bouteflika, Ahmed Ouyahia ont accusé le Maroc d’être l’instigateur de la tuerie dans le pays des M’ZAB à coté du mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). Des politiques algériens ont pris le relais pour défendre cette thèse à l’image de l’éternelle femme du président « Lwiza Hennoun » qui n’hésite pas à détailler son savoir sur « la main étrangère » et à  tirer à boulet rouge sur le MAK et le GPK.

Au Maroc, après un silence de quelque jours, le gouvernement marocain a  repliqué par le biais de son ministre de la Communication et porte parole de son gouvernement qui a expliqué lors d’un point de presse que « le Maroc est un Etat qui a son Histoire. Et au fil de son Histoire, il a toujours évolué en respectant plusieurs principes ». Parmi eux « la non-ingérence dans les affaires internes des autres pays». Mustapha El Khalfi a qualifié les déclarations des officiels algériens sur ce sujet d’ « allégations mensongères » et qu’il les « rejette en bloc ».

Cette mise en scène par diplomatie interposée entre l’Algérie et le Maroc n’est qu’enfumage destiné à enfoncer les peuples Amazigh et à passer sous silence le combat pour leurs indépendances  auprès des instances internationales.

Massi N