Na Wizna au Canada
1ère partie : Déguisement et folklore

8
Na Wizna au Canada 1ère partie : Déguisement et folklore
Na Wizna au Canada 1ère partie : Déguisement et folklore

Chronique Tamuɣli n Da Amar (Tamurt) – Sur invitation de plusieurs associations de Kabyles, qui se déguisent souvent pour des raisons psycho-ésotériques en « Amazighs » ou pire encore en « Berbères », Na Wizna n At-Dwala s’est envolée au Canada pour prendre part aux festivités « célébrant » le massacre de 127 jeunes kabyles en 2001.

Malgré la fatigue et le décalage horaire, Na Wizna a tenu à être présente à la conférence de Rachid At Ali Uqaci sur les dangers des télévisions « privées » algériennes sur la Kabylie. Une faible assistance a répondu à l’appel des organisateurs. D’après les observations d’un ORL très connu de la ville de Bougie, militant du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), les tympans de nos compatriotes kabyles, sont très vulnérables à l’acoustique des salles où se donnent ces conférences. Ils sont en revanche très robustes pour s’exposer à un niveau de décibel beaucoup plus fort que répandent nos chanteurs du « non-stop »!

Même si Na Wizna partage l’analyse du très actif professeur « kabyle/amazigh » d’Ottawa, elle est convaincue que la jeunesse kabyle a définitivement dépassé l’ère des constats et de la victimisation. Cette jeunesse, qui s’est débarrassée du complexe du colonisé et du culte de la personnalité et des diplômes, espère que nos « douctours » consacrent exclusivement leurs énergies à l’édification des institutions de l’État kabyle de demain (école, justice, économie etc.) et non à des oraisons lamentables et stériles sans impact réel sur son quotidien.

Na WiznaEn outre, l’expérience de BRTV a bien démontré que la charité, le bricolage et l’improvisation ne garantissent jamais le succès et la pérennité d’un média, ni d’aucune autre institution d’ailleurs. Na Wizna pense, comme Mouloud Mammeri et Matoub Lounès, que si le peuple kabyle ne bâtit pas un État souverain dans un avenir proche, il sera tout simplement rayé de la carte.

En soirée Na Wizna s’est rendue au lancement du mois « amazigh » de Montréal. Un autre camouflage et un autre titre torpeur pour parler de la Kabylie. On dirait que les kabyles installés en Amérique du Nord apprécient tellement Halloween, qu’ils se déguisent tout au long de l’année en « Berbères », ironise une militante souverainiste kabyle !

Na Wizna a d’abord voulu s’assurer que ce n’était pas les autorités consulaires des régents d’Alger qui sont derrière ce carnaval. Il faut dire que sa surprise était immense à la vue des accoutrements et autres objets artisanaux des années 30 du siècle dernier, exposés dans un sous-sol d’une salle communautaire. Une pure reproduction de l’image que véhicule le pouvoir d’Alger et ses supplétifs kabyles et qui réduit le peuple kabyle au statut de l’indigénat.

Au moment où des milliers de Canadiens réservent le nouveau modèle abordable de la voiture électrique Tesla, les « Berbères » de Montréal continuent de confiner la culture et les aspirations du peuple kabyle à de simples objets folkloriques semblables à ceux d’une tribu perdue en Amazonie.

Na Wizna 2La soirée dansante a bien sûr attiré beaucoup plus de monde que la conférence de notre ami Rachid, confirmant ainsi le diagnostic de l’ORL de Bougie.

Il n’est pas inutile de rappeler que Na Wizna est une femme moderne et joyeuse. Sa passion pour les arts et la danse, notamment le tango argentin, ne date pas d’hier. Elle est également une adepte du yoga, de la bonne bouffe et de Uṛaṛ n Lxallat. Croquer la vie à pleines dents, est naturellement un mode de vie pour elle.

Cependant, Na Wizna demeure perplexe et ne comprend toujours pas, pourquoi les Kabyles associent machinalement la danse du ventre, les accoutrements folkloriques, la poterie et « le couscous oriental » aux commémorations d’événements politiques ?

On peut bien se défouler un 30 février ou un 32 septembre !

Tabarnucht ! (Na Wizna qui sacre déjà comme les Québécois)

Attendre la date anniversaire du massacre de 127 jeunes innocents pour se trémousser, est tout simplement indécent. Cette sale besogne doit être laissée au Bachagha Ould Ali El Hadi et aux autres valets du système rentier algérien.

(À suivre la 2ème partie du voyage de Na-Wizna au Canada : Tifinagh, BRTV et Amara Ben Younes)

 Amar At-Ali-Usliman