Nadia et Lounès Matoub : même combat

2
Nadia Matoub
Nadia Matoub

KABYLIE (Tamurt)C’est désormais fait : Nadia Matoub, digne veuve du Rebelle a décidé de passer à l’action, voire à la contre-attaque. Mais par contre-attaque, il ne faudrait surtout pas comprendre que Nadia Matoub passera son temps à jouer à la chasse aux sorcières. Elle est trop intelligente et sage pour se rabaisser à un tel niveau. Si c’était le cas, ça fait longtemps qu’elle l’aurait fait.

Nadia Matoub vient, en effet, d’annoncer le lancement d’une association portant le nom de son mari. Nadia Matoub a attendu vingt ans pour lancer cette organisation indispensable quand on voit à quel point le combat, les idéaux et l’œuvre de Matoub  Lounès ne cessent de faire l’objet de mille et une dénaturations. Certains, autoproclamés subitement spécialistes de l’œuvre poétique de Matoub Lounès, surtout depuis quelque temps, poussent l’outrecuidance jusqu’à remettre en cause les valeurs de laïcité, de modernité et d’anti-islamiste que défendaient, bec et angle, Matoub Lounès. Pourtant, son œuvre poétique monumentale est on ne peut plus clair quand il s’agit de ses positions tranchées par rapport à toutes les questions cardinales qui préoccupent la société. Nadia Matoub n’est pas le genre à passer son temps à attaquer les uns et les autres ou à faire des mises au point à tout bout de champs.

Nadia Matoub veut être efficace et surtout pédagogique dans sa démarche. C’est pourquoi, le choix est vite fait de miser sur un travail plutôt concret au lieu de céder aux champs des sirènes voire aux commérages stériles. L’œuvre et le combat de Matoub Lounès mérite que l’on élève le niveau à chaque fois qu’il est évoqué. Les énergumènes qui passent par exemple leur temps à prouver que Matoub Lounès était musulman, ne doivent pas être écoutés. Ses frères-ennemis qui passent, pour leur part, le plus clair de leur temps à tenter de ternir son image, de manière souvent sournoise, doivent être également remis à leur place sans que l’on leur donne l’importance qu’ils n’ont pas et qu’ils souhaiteraient avoir en, s’en prenant à Matoub Lounès, le Rebelle. C’est donc en remettant régulièrement au goût du jour l’œuvre poétique, musicale et le parcours militant unique et exceptionnel de Matoub Lounès que Nadia Matoub défendra la mémoire de son mari qui est le symbole des kabyles et des berbères du monde entier. La responsabilité est certes très lourde. C’est la raison pour laquelle Nadia Matoub doit être de ce fait soutenue et entourée par tous les vrais « Matoubistes » pour qu’elle réussisse son initiative dont son Lounès sera fière.

Tahar Khellaf