Nadir Dendoune présenté hier mardi devant la justice Irakienne

6

IRAK (Tamurt) – Incarcéré depuis le 23 janvier dernier, le journaliste franco-algérien Nadir Redouna, a comparu pour la première fois, hier mardi, devant un juge d’instruction à Baghdad. Le consul de France a pu s’entretenir avec le détenu durant une heure de temps samedi dernier.

Nadir Dendoune serait en bonne santé, selon une porte parole du Quai d’Orsay. Une source citée par l’AFP a, quant à elle, rapportée que le journaliste serait arrêté pour avoir photographié des «sites sensibles appartenant au dispositif sécuritaire». Il a été arrêté plus exactement alors qu’il se rendait vers une unité de traitement d’eau à Baghdad, où il avait été bouclier humain en 2003 pour protester contre les frappes alliées.
Il était en Irak en tant que journaliste, pour le Monde Diplomatique et le Courrier de l’Atlas.

Depuis sont arrestation, une pétition est lancée pour demander la libération immédiate du journaliste arrêté dans l’exercice de sa fonction. De nombreuses associations et des personnalités politiques se sont déjà mobilisées pour demander « la libération du journaliste Nadir Dendoune, emprisonné arbitrairement en Irak, pour avoir voulu faire son travail ».
De leur côté, les autorités algériennes affiche un silence total, depuis la détention de Nadir Dendoune.

Pour rappel, le maire de Saint Denis, France, M. Didier Paillard et dans un courrier adressé à M.Laurent Fabius, en sa qualité de Ministre des affaires étrangères. Didier Paillard a sollicité l’intervention du ministre et sa médiation en urgence auprès des autorités irakienne afin d’obtenir la libération immédiate du journaliste.
Il est écrit dans cette lettre, « la liberté de la presse est bafouée par cette incarcération, dont le prétexte est, selon une source citée par l’AFP, l’absence de déclaration auprès des autorités locales et d’autorisation d’exercice. En tout état de cause, cette incarcération de plusieurs jours est une violation flagrante des droits de Monsieur Dendoune.

Nadir Dendoune exerce depuis des années son métier de journaliste, avec courage et déontologie. Il est primordiale qu’il retrouve sa liberté de mouvement et de remplir sa mission d’information», lit-on entre autres.

Mohand.T