Naima Salhi appelle à une guerre civile en Kabylie

61
Naima Salhi

ALGÉRIE (Tamurt) – Si l’État algérien ne réagit pas aux agressions multiples et aux dérapages récidivistes de la députée Naima Salhi, il se rendra complice de toutes les conséquences qui pourraient en découler inévitablement. En effet, Naima Salhi a encore franchi le Rubicond, mercredi dernier, lors d’une émission télévisée diffusée par la chaîne El Bilad TV. Naima Salhi a d’abord dénié le statut de martyr de la guerre d’indépendance au père de Ferhat Mehenni. Mais, la chose à laquelle on s’y attendait le moins, c’est quand Naima Salhi a commencé à se déchaîner contre Matoub Lounès alors que le Rebelle n’était aucunement associé logiquement au sujet du débat.

Mais Naima Salhi n’a fait que profiter de cette occasion pour dire toute sa haine contre les kabyles. Et en s’en prenant à leur symbole sacré Matoub Lounès, elle déclare clairement la guerre aux kabyles où qu’ils soient. Pis encore, Naima Salhi a carrément appelé les kabyles à « s’entre-tuer » de manière implicite certes mais à peine voilée. « J’en appelle à tous les kabyles qui ont de l’honneur à se soulever contre Ferhat Mehenni et tous les kabyles qui soutiennent le projet de l’indépendance de la Kabylie », a déclaré Naima Salhi en direct sur une chaîne de télévision sans qu’aucune réaction officielle ne soit enregistrée, le lendemain de la diffusion de l’émission, comme la logique et la loi l’auraient exigé.

En qualifiant une partie des kabyles « d’honorable » (chorafas en arabe), Naima Salhi veut signifier clairement que les autres (qui sont des centaines de milliers) « seraient des déshonorés ». C’est un dérapage gravissime. On se demande qui sont les manipulateurs de cette femme, sortie du néant ? Les anti-kabyles sont-ils à ce point haineux ? On s’interroge aussi qui protège les chaînes de télévision algériennes qui laissent ce genre de discours racistes et d’appels au meurtre contre les kabyles passer librement à l’antenne.

Tarik Haddouche