Nordine Medrouk se démarque des activités et rassure – Qui veut « noyer » la Fondation Matoub dans « l’initiative citoyenne »

0

C’est dans cette perspective que des esprits en mal de notoriété ont tentant de « noyer » la Fondation pour salir à leurs chefs qui pompent des milliards pour avilir la commémoration du 20 avril et détourner les habitants de ce symbole de la lutte en remplissant la mangeoire.

Le chargé de communication et des relations extérieures de la fondation Matoub Lounès a rendu public un communiqué pour se démarquer des activités culturelles et conférences organisées à la maison de la culture de la ville de Tizi-Ouzou.

Des festivités programmée par un mouvement appelé « initiative citoyenne », dernier noyau composé des ex mouvement des aarch qui ont ensuite nomadisé un peu partout et dont certains se sont portés candidats aux élections. « Dans le cadre de la commémoration du double anniversaire du printemps Amazigh et du printemps noir, le 18 avril 2013 , j’ai été convié à une conférence débat à la Maison de Culture Mouloud Mammeri sur les événements tragiques de 2001, en ma qualité d’ex-délégué et ex-détenu à titre individuel, pour apporter mon témoignage en toute objectivité et éclairer l’opinion sur les raisons de mon retrait du mouvement le 18 avril 2004, lors de la visite du chef du gouvernement Ouyahia à Agouni Arrous, Ath Mahmoud », explique Nordine Medrouk. Et d’ajouter « Les initiateurs de cette rencontre ont fait un amalgame délibéré, en attribuant ma participation à la Fondation Lounès Matoub ou je suis membre de l’exécutif dans le but de créer une confusion et chercher à impliquer la Fondation Lounès Matoub dans les joutes politiciennes du moment en Kabylie ».

Le membre de la fondation Matoub Lounès, connu pour sa crédibilité et son engagement infaillible à la cause Amazigh, n’a pas apprécié le faite que les initiateurs des activités de la maison de la culture aient voulu récupérer la fondation Matoub à travers son nom. « Je me démarque de cette rencontre tout en restant fidèle à la mémoire de Lounes matoub , des Martyrs du printemps noir de Kabylie et aux principes fondateurs de la Fondation, Mémoire, Vérité, Justice ».

Ainsi Nordine Medrouk a coupé court à toutes les rumeurs qui font état que la fondation Matoub ait rallié les activités officielles organisées par le pouvoir central d’Alger qui excelle à chaque année en, cette occasion dans l’amalgame, la récupération et l’intox.

C’est dans cette perspective que des esprits en mal de notoriété ont tenté de « noyer » la Fondation pour plaire à leurs chefs qui pompent des milliards pour avilir la commémoration du 20 avril et détourner les habitants de ce symbole de la lutte en remplissant la mangeoire.

Youva Ifraouèn