Nourredine Aït-Hamouda à Tizi-Ouzou: « Ouyahia veut présenter la Kabylie comme gage pour être président »

46

ALGERIE (Tamurt) – C’est surtout à celui-ci que le conférencier a réservé le plus grand nombre de fléchettes empoisonnées. Dans la grande salle du siège communal du parti de M. Saïd Sadi pleine à craquer, le conférencier, sûr de lui, a usé à souhait de son formidable lexique pour diaboliser le premier ministre algérien, et ce, dans le but évident d’inciter les Kabyles, encore réticents, de se soustraire définitivement à l’Administration Centrale d’Alger. « Il faut savoir qu’Ahmed Ouyahia, dira le fils du colonel Amirouche, nourrit l’ambition de devenir président de la république; et pour cela, il tient à présenter la Kabylie comme gage ».

Voulant à tout prix être le plus explicite possible, le député du RCD n’hésite donc pas à définir le concept du gage kabyle dont veut s’armer Ahmed Ouyahia. Selon donc les propos du conférencier, la garantie de l’homme qui veut succéder à Bouteflika au fauteuil d’El-Mouradia (Ahmed Ouyahia ndlr) de sa fidélité au pouvoir et au reste des Algériens est la destruction pure et simple de la Kabylie. La corruption, l’insalubrité, les vols, l’insécurité, le blocage de projets de développement, etc…ainsi que la protection des éléments constituant les relais locaux complices, sont autant de preuves vérifiables.

Fort de son expérience et depuis longtemps rompu à l’exercice de toucher aux points sensibles des foules, le député Nourredine Aït-Hamouda ira jusqu’à citer des noms de ceux qui ont accepté d’être les complices du pouvoir, et, surtout, les agents d’Ahmed Ouyahia. Le conférencier laisse entrevoir cependant une lueur d’espoir quant au non aboutissement du projet « diabolique » du premier ministre algérien dès lors que les éléments humains constituant ses relais locaux « sont en ce moment pris de panique ». « Je vous assure qu’ils ne dorment pas en ce moment », répète le conférencier comme pour ajouter de la crédibilité à ses propos.

Concernant la personne du président de la république, selon le député du parti de M. Saïd Sadi, il est loin d’être l’homme qu’il tente de faire croire aux Algériens. Même dans le mauvais démarrage de l’Algérie à partir de 1962, Abdelaziz Bouteflika aurait joué un rôle peu glorieux.

Quant au mal dont souffre la Kabylie, la responsabilité serait cependant partagée. Autrement dit, concernant certains maux sociaux comme la drogue, les boissons alcoolisées, les citoyens kabyles ne seraient pas exempts de tout reproche. Comme solution idoine à la tragédie que vit la Kabylie, le fils du colonel Amirouche prône l’union de tous les Kabyles. A la question relative au Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) et son leader, à savoir M. Ferhat Mehenni, le conférencier s’est montré aussi clair dans le jugement et les propos : « Monsieur Ferhat Mehenni que je connais beaucoup et envers qui j’éprouve beaucoup de respect, a pleinement le droit de faire de la politique ». Et d’ajouter avec tout ce que cela sous-entend : « Ferhat Mehenni est un fils de chahid après tout !». En dernier, notons que le député Nourredine Aït-Hamouda n’a pas caché son intention d’empêcher quiconque de porter atteinte au président du Gouvernement Provisoire Kabyle, L’G.P.K.. Naturellement, le conférencier n’a pas cité par ses fonctions le président de l’G.P.K.. Il l’a cité par son nom.

Addenda: le député du RCD, M. Nourredine Aït-Hamouda, semble maîtriser à la perfection ses dossiers. En effet, en sus des noms de personnages qu’il cite sans sourciller, il parle aussi d’intitulés de projets et du taux de leurs suivis ainsi que de la consommation exacte de leurs crédits. Dans ce contexte précis, il parlera d’un projet auquel Ahmed Ouyahia aurait avoué qu’une enveloppe de 194 milliards de DA a été consacrée. « En réalité, dira le député du RCD, seuls 110 milliards de DA ont été dépensés dans le cadre de ce projet d’où notre question: « Où sont passés les autres milliards? »

Said Tissegouine