Nouvel an amazig : Plusieurs festivités à travers Bougie

0
Nouvel an amazig Plusieurs festivités à travers Bgayet
Nouvel an amazig Plusieurs festivités à travers Bgayet

BOUGIE (Tamurt) – La célébration du Nouvel An amazigh semble s’inscrire dans l’espace et dans le temps. L’ensemble des Amazighs tient mordicus à ancrer davantage les us et les mœurs de leurs ancêtres. En Kabylie, cette festivité a de tout temps nourri la fertilité de l’esprit et de l’identité amazighe.

Nonobstant, l’influence des autres civilisations et l’invasion culturelle, cette tradition ancestrale léguée par nos aïeux résiste encore. Dans un passé récent, il se fêtait en famille autour d’un couscous garni de poulet, et qui est communément appelé ″Avissar″. À travers le collectif des associations et le concours des comités de village, le Nouvel An amazigh est célébré dans toute sa splendeur en organisant des festivités et diverses activités où les villageois sont invités à prendre part au fameux couscous et contempler les activités concoctées par les organisateurs de cette fête. Yennayer est le premier jour par excellence du calendrier agraire, utilisé depuis l’antiquité par les Amazighs, symbolisant de fait le labeur et la prospérité. Chez le peuple amazigh, ″Tabbwurt Useggwas″ (la porte de l’année) renvoie à des repères ancestraux où la mémoire, l’identité et la tradition se mêlent pour ancrer à jamais l’existence de ce peuple. Par le biais de ces composantes essentielles, les Amazighs ont su tenir tête à l’érosion des temps. Cette date correspond au 12 janvier du calendrier grégorien.

Diverses associations culturelles activant dans les différentes régions de Bougie ont concocté un riche programme pour l’occasion. Ainsi, depuis hier, la célébration de Yennayer se fait de plus belle en ayant ficelé un programme à la hauteur de l’événement.

À Ouzellaguen, l’association Horizon d’Ouzellaguen vise grand en  optant pour des festivités hautes en couleur. Des expositions, défilé de la caravane berbère ainsi que le traditionnel repas de Yennayer.

À Tidjounane, un village situé en contrebas du chef-lieu de la commune de Chemini, et par le biais de son association Azaghar s’est attelé à célébrer Amenzu n yennayer, avec à la clé un programme riche et varié. L’enceinte de l’école primaire Chaibi M.O a abrité l’événement en présence des villageois ayant profité de l’occasion pour contempler l’exposition d’objets traditionnels, de robes kabyles, de mets et gâteaux kabyles, objets d’art…Tagounant (coupe de cheveux) est une pratique datant de a nuit des temps, et par laquelle les Amazighs accueillent Yennayer en coiffant les bébés n’ayant pas encore soufflé leur première bougie.

L’APC d’Akfadou s’est rejointe aux festivités en organisant une conférence animée par Brahim Tazaghrat sous le thème « Yennayer et la place de Tamazight dans la nouvelle constitution » ainsi qu’un gala artistique en présence d’une pléiade d’artistes à l’image de Baylache, Smail Ouroufal, Moh Ameziane…dans la ville du piton, l’association « étoile culturelle d’Akbou » s’est distinguée elle aussi par un programme digne des festivités de Yennayer. Exposition de bijoux et d’habits traditionnels ainsi que des pièces théâtrales.

Au village Ayaten, situé à quelques jets de pierres du chef-lieu communal de Souk-Oufella, Yennayer est célébré chaque année avec joie et gaité en présence de tous les villageois. Le traditionnel défilé de la caravane est un moment inénarrable et inoubliable. Les cavaliers vêtus en tenues anciennes relatant l’histoire des valeureux combattants berbères ont amplement fait de l’effet auprès de la population locale ayant longuement applaudi leur passage dans les rues du village et de la rue principale menant vers Chemini.

Amnay