On débat sur Tamazight lors de la commémoration du décès d’Abdelhamid Ibn Badis

2
Maison de la culture Taos Amrouche
Maison de la culture Taos Amrouche

VGAYET (Tamurt) – L’assemblée populaire communale de Vgayet a saisi la célébration, par le pouvoir algérien, de la journée du savoir, date du décès du cheikh Abdelhamid Ibn Badis, laquelle a été décrétée dans le but de réhabiliter l’association des ulémas musulmans créée par ce cheikh, pour parler de l’enseignement de Tamazight. Une manière d’associer la religion musulmane, par ricochet la communauté arabe, aux amazighs.

En effet, la mairie de Vgayet a organisé, hier et aujourd’hui, un colloque sur l’enseignement de Tamazight à la maison de la culture Taos Amrouche. Organisée en collaboration avec le haut commissariat à l’amazighité, cette rencontre se veut un moyen de mettre en exergue les difficultés rencontrées par la langue amazighe dans son enseignement après son introduction dans le système éducatif il y a près d’un quart de siècle de cela. Débattre des lacunes et des problèmes rencontrés par les enseignants et toute la famille pédagogique a été le but principal des experts en la matière qui se sont rencontrés lors de ce rendez-vous scientifique durant lequel une kyrielle de conférences ont été animées. Leurs thématiques étaient liées à Tamazight à l’école et Tamazight partout et pour tous.

Un état des lieux a été présenté avec un  rappel de la grève du cartable, événement qui a été à l’origine de l’introduction de Tamazight à l’école, pour dire que beaucoup d’améliorations ont été enregistrées depuis.  Le représentant du haut commissariat à l’amazighité dira que plus de 600 000 apprenants de Tamazight ont été enregistré durant l’année scolaire 2017.  Un travail énorme a été également accompli dans l’unification du lexique enTamazight grâce aux multiples rencontres scientifiques et études organisées et initiées par cette institution sur l’enseignement de Tamazight, conclura-t-il.

Amaynut