Aucun opposant algérien ne réclame le départ de Bouteflika

1
Aucun opposant algérien ne réclame le départ de Bouteflika
Aucun opposant algérien ne réclame le départ de Bouteflika

ALGERIE (Tamurt) – Les formations politiques algériennes qui faisaient, jusque là, du départ de Bouteflika leur cause, plus particulièrement de l’application de l’article 88 de la constitution de ce pays, n’évoquent plus ce sujet.

Soudain tout le monde se tait. L’article 88 qui stipule d‘organiser des élections présidentielles anticipées dans le cas ou le chef d’Etat est dans l’incapacité physique d’accomplir sa mission, ce qui est le cas pour Bouteflika bien évidemment, est enterré par des partis politiques qui se revendiquent de l’opposition. Étrangement même Benflis ne parle plus de ce fameux article.

Le RCD et Hammas, les plus habiles à revendiquer le départ de Bouteflika, pour avoir participé par le passé aux gouvernements de ce même Bouteflika, ont préféré de ne plus parler eux aussi de cet article qui précise justement que le maintient de Bouteflika au régime est une grave atteinte aux lois élémentaires algériennes établies par ce même Bouteflika.  Qu’est ce qui a changé pour que ces partis changent de cap ?

Le seul changement qui peut être lié à ce revirement de position n’est autre que la dissolution du DRS et l’éviction du général Toufik. En un mot l’opposition n’existe pas en Algérie, il n’existe que certains partis politiques qui excellent dans l’usurpation de l’opposition pour étouffer la vraie opposition.  Pour la Kabylie : cap sur l’autodétermination ou l’indépendance directement !

Lounès B