Ouaguenoun : une enseignante ne parlant pas le kabyle indésirable

0

KABYLIE (Tamurt) – Des parents d’élèves d’une école primaire située au village Tala Gahia dans la commune de Ouaguenoun, quinze kilomètres au nord-est du chef-lieu de Tizi Ouzou, sont mécontent suite à l’affectation d’une enseignante ignorant complètement l’usage de la langue kabyle. Cette dernière est chargée d’enseigner des élèves de première année primaire dont la langue maternelle est le kabyle.

Les parents des élèves concernés exigent le départ de cette enseignante et le retour de l’enseignant qui était en place avant elle ou bien l’installation d’un nouveau maitre d’école maitrisant le kabyle. Les explications des parents sont objectives et n’ont rien à voir avec une quelconque interprétation ou attitude erronée qui pourrait faire croire qu’il s’agit d’un acte de racisme. « Nos enfants ne comprennent rien quand cette enseignante est devant eux en s’exprimant exclusivement en arabe. Elle ne parle qu’en arabe depuis le premier jour de l’année scolaire.

A chaque fois que les élèves demandent des explications en kabyle, l’enseignante ne comprend même pas ce qu’ils lui disent. De son côté, elle continue inlassablement de s’exprimer en arabe et aucun élève ne saisit ce qu’elle débite à longueur de journée. Les parents d’élève insistent sur le fait qu’ils n’agissent pas du tout de la sorte par racisme. « Si c’était une enseignante qui s’occupait des classes supérieures, ayant déjà reçu les premiers rudiments de la langue arabe, on n’aurait pas rouspété », souligne le père d’un élève de première année. Mais, ajoute-t-il, le fait que « nos enfants » vont pour la première fois à l’école et ne parlent que le kabyle, cela leur pose un sérieux problème.

« On se demande pourquoi les responsables du secteur de l’éducation de la wilaya de Tizi Ouzou, en envoyant cette enseignante pour encadrer nos enfants, n’ont-ils pas pensé à ce problème qui allait surgir inévitablement ? », se demande un autre parent.

Tarik Haddouche