Le peuple kabyle peut se constituer en lobby à l’étranger

17

KABYLIE (Tamurt) – L’indépendance de la Kabylie ne se décidera pas seulement en Kabylie. La pression du peuple Kabyle et du GPK à l’étranger est aussi prépondérant. Il lui faut, en effet, plus d’union et surtout d’organisation.

Les kabyles ont toutes les opportunités de se constituer en lobby. En plus de leur nombre important à l’étranger, les kabyles ont un potentiel de dynamisme et d’intellectualité très important. La communauté kabyle est la première en Europe et plus particulièrement à Paris. Une bonne partie des kabyles occupent des postes importants dans cette capitale. Que se soit dans les mairies, les hôpitaux et même dans les industries. Ils sont aussi des commerçants très nombreux en France.

Toutes ces opportunités, qui ne sont pas exploitées pour le moment, peuvent pourtant faire avancer la cause kabyle. Notre communauté, rien qu’à Paris, peut influencer même la politique Française si elle s’organise d’avantage. La construction d’une maison kabyle, la mise en place d’une vraie télévision kabyle et d’autres organes de presse sont indispensables. Pour le moment, les kabyles n’ont aucune structure immobilière par exemple. Les militants du MAK et du  GPK sont contraints de se réunir dans des brasseries et des sièges d’associations, souvent très exigus.

Le peuple kabyle mérite quand même un siège digne de ce nom.  Les Kabyles ne peuvent-ils pas construire ce siège ? Ils le peuvent bien évidemment. Ils peuvent réaliser des merveilles. «  Le MAK doit dépasser l’étape des symboles et opter pour le pragmatisme. On veut une chaîne de télévision kabyle, on veut un siège pour le GPK, on veut aussi une maison kabyle à Paris pour notre culture et identité » laisse entendre un militant du MAK à Paris. Un vieux rêve que tous les kabyles caressent depuis des lustres.

Lounès B