Le peuple kabyle se prépare à honorer la mémoire de Hocine Aït Ahmed

8

ALGÉRIE (Tamurt) – A la veille de la commémoration du premier anniversaire de la mort de Hocine Aït Ahmed, le peuple kabyle se prépare, spontanément, à lui rendre hommage.

Les activités dépassent largement le parti du FFS. Des milliers de personnes se préparent, à travers toute la Kabylie, à se rendre au village Ath Ahmed, à Michelet en haute Kabylie, pour se recueillir sur la tombe de Hocine Aït Ahmed. Aït Ahmed, qui a rendu l’âme le 23 décembre 2015 à Lausanne, en Suisse, à l’âge de 86 ans, demeure l’un des chefs historiques kabyles qui ont déclenché la guerre de libération et qui ont libéré toute l’Algérie. Il était, aussi, l’un des rares chefs historiques, à l’image d’Abane Ramdane et de Ferhat Abbas, à avoir poursuivi des études universitaires et d’avoir un vrai bagage intellectuel.

De mère cousine proche de Lalla Fadhma N’Soumer  et arrière petit fils du penseur kabyle Cheikh Muhand Ulhocine, Aït Ahmed était aussi le plus jeune chef de la révolution algérienne. Il n’avait que 20 ans lorsqu’il était chef de l’organisation Secrète. Aït Ahmed, un plurilingue hors pair,  était  le premier à inscrire la question Algérienne à l’ONU, en 1956, alors qu’il n’avait que 30 ans. «L’indépendance reste indissociable de la démocratie » était sa devise  après 1962. Opposant farouche au régime d’Alger, il a même refusé la présidence que les généraux lui ont proposé en 1992. Pour le premier anniversaire de son décès, il n y a que les kabyles qui le préparent. Le reste des algériens ignore pratiquement même son existence.

Lounès B pour Tamurt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici