Plusieurs tendances veulent récupérer le « Mouvement » à Bgayet et Tizi Ouzou

4
Le Hirak algérien
Le Hirak algérien

KABYLIE (TAMURT) – Devant la nécessité impérieuse de conférer au « Mouvement » en cours, depuis le 16 février dernier, des représentants identifiés et des objectifs clairs, à défaut de le voir tourner en rond puis virer vers l’échec, on assiste depuis quelques semaines à des tentatives de récupération à peine voilées.

Dans les deux wilayas de Bgayet et Tizi Ouzou, des acteurs politiques connus pour être d’anciens militants, cadres ou élus de partis politiques qui avaient un certain poids et une certaine crédibilité avant l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, n’hésitent pas à se mettre au-devant de la scène lors des différentes marches en question. Ils n’hésitent pas non plus à prendre le micro pour prendre la parole devant les manifestants. Ils se bousculent également au micro de la chaine de télévision « Berbère Télévision » pour déverser leurs discours. Cette mise en avant devient de plus en plus visible et récurrente ces dernières semaines. Et on l’a constaté par exemple lors du rassemblement organisé à Tizi Ouzou dernièrement en guise de soutien aux manifestants réprimés à Oran le jour de la tenue de la présidentielle du 12 décembre dernier. La majorité des orateurs ayant pris la parole ce jour-là devant la place de l’ancienne mairie de Tizi Ouzou sont, tous, d’anciennes figures actives du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) à l’instar de l’avocat Hakim Saheb, Ouezna Moula, Mokrane Nessah… D’autres figures connues du même parti, n’hésitent pas à courir derrière les feux de la rampe pour faire passer leurs messages.
Du côté du FFS aussi, on assiste à l’apparition persistante de figures de ce parti, devenues omniprésentes. Le cas le plus édifiant est celui de l’avocate Nabila Smail. La liste des exemples en ce sens est longue.

Actuellement, on ne sait pas vers où se dirige ce mouvement qui continue de drainer encore de grandes foules chaque vendredi et chaque mardi. Les slogans scandés changent chaque semaine au gré des circonstances, des événements et des anniversaires commémorés au cours de la semaine. Hier, les manifestants ont rendu hommage à Hocine Ait Ahmed à l’occasion du 4ème anniversaire de son décès. Quels seront les prochains slogans ? On le saura vendredi prochain.

Tarik Haddouche

4 COMMENTAIRES

  1. Cette révolution du (( hirak )) avec une tulipe sur l’à bouche du canon .
    Elle nous a démontrait de quels
    Cuistot du systeme ,faut ‘ils s’attendre .Et c’est ce qui fait que le Peuple , à tout comprit d’ai les premiers temps de son réveils . Donc ce n’ai qu’une histoire de temps .. Un vieux proverbe et venus un jour à l’esprit d’un désespéré ,
    Et voici son récit .Il à dis oooh rivière agitée je patienterais jusqu’au Printemps , et je te traverserais
    sans ôter mes chaussures , et sans mouiller mes chaussettes .. Le fruit d’une récompense c’est là patience .. Les vieux Marins qui ont affronter les hautes Mers , ne se sont jamais affoler pour revenir , à bon Port .. Donc à tout les Justes armez-vous , juste de patience …L’Épine-Soigneuse

  2. Question récupération, le Printemps Noir a payé cette facture lourde. Les mêmes villages politico idéologiques reviennent à la charge et ne désespèrent pas de réussir le coup.
    Les gauchistes, défaut de réussir sur leur propre terrain idéologique, ce qui est démocratique ont toujours été des coucous qui ont cette tendance à faire des œufs dans le nid des autres.
    Je pense que structurer le Hirak dans ces moments est préjudiciable voir même suicidaire. Le Hirak a tout à gaganer de rester dans sa formule actuelle. Je parie que dans les 2 mois qui suivraient sa structuration, le hirak perdra sa force de mobilisation.

  3. La récupération du troupeau de moutons kabyles égarés, c’est précisément le rôle qu’ont toujours joués les KDS du FFS et du RCD. Ça fait 58 ans que ces endormisseurs professionnels du FFS et du RCD et les laveurs de cerveaux islamistes du FIS mentent aux kabyles, et les trahissent. Les KDS sont des kabyles pro-arabes tout simplement. Ils collaborent et facilitent le pillage généralisé de ces contrées amazigh où les confiscateurs du pouvoir arabo-islamistes ont planté leur drapeau turc-ottoman, mais leurs maîtres donneurs d’ordre ne leurs concèdent que quelques miettes du butin. Le kabylie n’est pas pas seulement à la croisée des chemins, mais elle se trouve aussi au bord du précipice, et bientôt au fond du ravin si les kabyles ne réagissent pas. Les prédateurs et charognards du régime illégitime n’ont pas seulement confisqué le pouvoir, mais aussi les ressources naturelles des amazigh, et qu’en ont-ils fait ? En Algérie les gens auraient dû vivre avec le niveau de vie des Européens, si des dirigeants compétents avaient correctement œuvré au développement du pays au lieu de piquer dans les caisses de l’état. Avec les dirigeants arabes c’est toujours la même histoire, celle de Ali Baba et des quarante voleurs.

  4. Ils ne se bousculent pas mais le régime les proposent comme symboles et si cela passe ils seront promus à représentants. La TV berbère est juste une caisse de résonance. Il faut constituer des comités dans chaque ville pour que l’on casse cette dynamique de substitution d’une caste par une autre.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici