La police investit le centre culturel d’Aokas : La provocation de trop !

11
Police aux alentours du centre culturel Aokas

AOKAS (Tamurt) – C’est  devenu carrément une réaction routinière aux policiers d’encercler le centre culturel Rahmani Slimane d’Aokas dès qu’une conférence y est programmée par l’association Azday Adelsen n’Weqqas.

Alors que la conférence que devait animer, en cet après-midi du samedi 18 mars, l’universitaire Loubna Benhaimi autour du thème sur les mythes fondateurs des sociétés, a été annulée, auparavant, par les organisateurs pour des raisons personnelles à l’invitée, le policiers se sont empressés d’investir les lieux une demi-heure avant l’heure prévue pour son déroulement.

Toutes les conférences programmées en cette année de 2017 au centre culturel d’Aokas ont été empêchées par les services de la police qui ont, certainement, reçu les ordres de leur hiérarchie. Le café littéraire d’Aokas dérange le pouvoir à ce point ? Une question qui mérite une mûre réflexion. Pourtant le wali de Bougie a instruit ses chefs de daïra d’organiser des activités, autre que le folklore, pour la célébration du printemps amazigh, c’est-à-dire le 20 avril.  Justement, ce genre de conférences fait partie de la série de célébration que compte organiser la communauté culturelle de la région d’Aokas. À moins que cela ne soit une sorte de provocation pour forcer le jeunes à réagir violemment.

Amaynuth

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici