Le policier Aami Ahmed, un autre criminel à ne pas oublier

11
policier aami ahmed

ALGÉRIE (Tamurt) – Décédé en décembre 2015, le policier Algérois dit « Aami Ahmed », reste un symbole du racisme envers les kabyles. Il l’a été durant toute sa carrière. Certes, son grade est très inférieur par rapport aux généraux algériens qui ont massacré la Kabylie, mais ses paroles, tenues au soir de la marche du 14 juin 2014 à Alger faite par les Kabyles, resteront dans l’histoire.

Des paroles de haine et du racisme qui n’ont rien à envier aux déclarations du tortionnaire Aussaresse.  « Je remercie du fond de mon cœur les algérois nationalistes qui ont le courage de pousser les kabyles et de les empêcher de marcher sur Alger. C’est grâce à leur courage d’arrêter les manifestants venus à Alger ce matin que le pire a été évité pour notre capitale. Il faut rester vigilant et rester mobilisé pour protéger notre ville », avait déclaré, toute honte bue, ce chef de la police au soir de 14 juin 2001 à la télévision algérienne. Des déclarations transmises en direct par la télévision algérienne.

Ce sinistre Aami Ahmed, qui n’est plus de ce monde, avait passé la journée de 14 juin 2014 à mobiliser ses troupes. Accompagné des repris de justice et des prisonniers libérés la veille de la manifestation, ce policier, sinistrement célèbre, a appelé tous les algérois à sortir dans la rue pour chasser les kabyles. Par la suite, il a été honoré plusieurs fois par sa hiérarchie et les médias du régime raciste d’Alger. Il n’a jamais éprouvé le moindre remord envers les victimes kabyles assassinées par la gendarmerie. L’histoire retiendra sa haine et sont excès de zèle envers les kabyles. Aami Ahmed a toujours mené la vie dure aux kabyles à Alger, que se soit pour les supporters de la JSK ou pour les militants du FFS et du RCD.

Ravah Amokrane 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici