Pour avoir porté un drapeau amazigh
Un chaoui de Sétif a été refoulé du stade de Blida

11

BLIDA (Tamurt) – Les actes de racisme envers les Chaouis et les Kabyles se multiplient en Algérie. Les corps constitués, notamment la police et la gendarmerie mènent une guerre sans merci contre la culture amazigh et tout ce qui la symbolise.

Un autre acte gravissime s’est produit avant-hier aux guichets d’entrées au stade de Blida, Mustapha-Tchaker, devant abrité une rencontre opposant l’équipe nationale algérienne à un autre pays Africain. Selon les responsables du Mouvement pour l’Autonomie Chaoui, MAC, un jeune chaoui de la région de Sétif a été empêché d’accéder à l’intérieur du stade. Le motif : le supporteur en question portait un drapeau amazigh.

Les faits sont graves. Ce ne sont pas de simples citoyens zélés qui sont derrière cet acte raciste, mais des membres des services de sécurité. La nouvelle a provoqué l’indignation des militants Chaouis. L’acte de ces policiers démontre une fois de plus les instructions données aux agents d’ordres de lutter contre tout ce qui symbolise la culture amazigh, notamment kabyle et chaouie.

Quelle entrave peut-il porter, un drapeau chaoui ? Pourquoi les drapeaux de couleur noir hissés par les salafistes ne sont jamais interdits dans les stades, notamment à El Kouba ?

Les services de sécurité tolèrent des drapeaux canadiens que portent les supporter de Belcourt. Ils acceptent également les emblèmes du Milan AC que les supporters de l’USMA brandissent fièrement, mais jamais celui des Chaouis.

Les policiers qui ont interdit à ce jeune Chaoui de porter le drapeau de sa région ne savent pas ou font semblant de l’ignorer, que ce sont les Kabyles et les Chaouis, eux seuls, qui ont liberé l’Algérie du joug colonial en 1954-1962.

Youva Ifrawen

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici