Pour justifier la réconciliation à l’APW, le FFS met le blocage sur le dos de l’ex wali

6

Bougie (Tamurt) – Après avoir réussi à reprendre les rênes de l’assemblée populaire de wilaya, lors d’une assemblée extraordinaire tenue mercredi, le FFS pond une déclaration dans laquelle, il fustige l’ex-wali qu’il accuse d’avoir œuvré inlassablement, usant de tous les moyens de pression en sa possession, pour introniser un président de son choix, au mépris de la démocratie et des résultats des urnes, est-il souligné.

Au lendemain de la réunion de l’APW, le secrétaire fédéral de Bougie a donné une conférence de presse au siège de son parti pour tenter d’expliquer que le déblocage ne souffre d’aucune équivoque et qu’il est le résultat de la maturité de la majorité des élus qui ont su mettre l’avenir de la wilaya au dessus de toute autre considération.

Comme si auparavant, ils n’en étaient pas conscients. Bizarre comme conclusion !

Dans la déclaration pondue juste après le point de presse, il est souligné que les tentatives de déstabilisation du parti d’Ait Ahmed répondent à des souhaits politiques locaux de mettre en place une représentation politique clientéliste et aux ordres, sans aucun lien avec les préoccupations de la population.

Cette déclaration pousse le commun des mortels à s’interroger si réellement le FFS s’occupe des préoccupations citoyennes auquel cas il aurait du tenter de dénouer la situation, il y a plusieurs mois de cela, dans l’intérêt, justement, suprême de la population.

En se rapprochant d’une partie des élus du FLN qu’il a amadouée avec des postes au sein de l’APW, le FFS de Bougie se félicite d’avoir élargi la majorité au sein de l’APW et s’engage à accompagner le développement de la région et de ne cautionner aucun blocage ni aucune politique du pire.

Mais le pourra-t-il ? S’il y a eu une nouvelle coalition avec le FLN, c’est qu’il y a eu, certainement, un engagement du FFS de voter pour le candidat du FLN aux prochaines sénatoriales et qui n’est autre que le maire de Bougie et commissaire du FLN dans la même wilaya.

Vu le nombre d’élus du FFS qui espèrent être candidats aux sénatoriales, à l’image du président de l’APW lui-même et des maires d’Ait Smail et El Kseur, il faut s’attendre à une autre rupture entre le FLN et le FFS lors des élections, ce qui aboutira, de facto, à un autre blocage de l’APW.

Amaynut