Pour une redéfinition cohérente de l’identité nationale kabyle

15

COMMUNIQUE (Tamurt) – D’abord, il faut prendre acte de cet indubitable constat: Il est difficile pour les Algériens et en particulier nous les Kabyles de concevoir que nous puissions « cohabiter » avec d’autres peuples au sein d’un même « Village », du type État-Nation, quand désormais plus rien ne nous unit ou si peu, quand même nos identités respectives tendent à nous opposer :

— La Kabylité (et donc a fortiori, Amazighité) s’oppose à l’Arabité

— La Laïcité s’oppose à l’Islamité (la laïcité est une réalité sociopolitique spécifique en Kabylie).

Il apparaît donc clairement que la seule solution envisageable pour cette problématique réside simplement dans le rétablissement du peuple kabyle dans sa spécificité identitaire propre à lui : TAQVAYLIT (univoquement intraduisible en français) en laissant toute la liberté aux autres citoyens algériens de se définir eux-mêmes comme ils l’entendent. C’est l’une des idées clefs qui plaident et qui consolident justement la revendication d’un statut propre pour la Kabylie. Soulignons ici que le seul élément identitaire TAQVAYLIT renvoie, dans la langue kabyle, à un syllogisme identitaire complet. En effet, à lui seul, il englobe un condensé inséparable de toutes les spécificités identitaires kabyles. On lui rattache à la fois :
1 TAQVAYLIT : la langue kabyle
2 TAQVAYLIT : l’ensemble des valeurs sociales et code d’honneur kabyles, traduit par « kabylité»
3 TAQVAYLIT : la femme kabyle (matrice génitrice féconde et gardienne des valeurs ancestrales)
4 TAQVAYLIT : la KABYLIE, le pays des Kabyles (Tamurt n yeqvayliyen), comme le chantait entre autres, feu MATOUB Lounès il y a 30 ans de cela dans « W’akka i m-d-yessawlen », album édité en 1980 : Kker a Taqvaylit; Sbedd lqedd-im. Zig macci d targit; Iban-ed yisem-im. …

Tous les Kabyles soucieux de préserver leur personnalité identitaire se reconnaissent volontiers aujourd’hui dans ce quadruple élément identitaire TAQVAYLIT, ci-dessus sémantiquement éclaté.

Pour résoudre donc la lancinante problématique identitaire qui a suscité d’âpres discussions et d’inconciliables controverses qui nous a fait perdre un temps précieux et qui semble avoir définitivement divisé les citoyens algériens, ces derniers devraient opportunément, voire impérativement, rechercher une nouvelle formulation lucide, en termes clairs et cohérents, pour l’identité supranationale qui devrait obligatoirement satisfaire l’ensemble des groupes sociaux et régionaux présents au sein d’une Algérie plurielle sans en exclure personne. Pour ce faire, il n’est pas question pour nous Kabyles, de nous fourvoyer une fois de plus, pour prétendre réfléchir et parler à la place des autres citoyens d’Algérie. Pour nous Kabyles d’aujourd’hui, nous tenons plus que tout à notre identité spécifiquement kabyle (Taqvaylit). Ainsi, la solution pragmatique et réaliste à cette problématique, telle que proposée par le MAK consiste en l’édification d’un État régional Kabyle devant épouser la spécificité kabyle dans le cadre d’une Algérie plurielle et solidaire. Ceci nous demande cependant de fournir un effort de réflexion supplémentaire pour proposer dès à présent au débat une définition rationnelle et cohérente de notre identité nationale kabyle. Cette redéfinition de l’identité kabyle devrait recueillir l’assentiment le plus large de l’ensemble des Kabyles qui revendiquent sans équivoque leur appartenance au peuple et à la nation kabyles, quel que soit le pays dans lequel ils jouissent de la citoyenneté et au-delà de leurs sensibilités et appartenances politiques, de leurs convictions religieuses, de leur statut social, etc.

Cette réflexion pourrait initier le débat sur le fondement doctrinal de l’identité nationale au sein du futur État régional kabyle, mis en projet à travers le PAK. Pour l’heure, le consensus préliminaire qui semble se dégager au sein même de la société kabyle, en attendant d’en peaufiner sa formulation, semble être le suivant :

L’État régional Kabyle devrait être doctrinalement fondé sur des valeurs ancestrales positives communes dans lesquelles l’ensemble du peuple kabyle se reconnaît UNANIMEMENT et est déterminé à en sauvegarder la pérennité, à promouvoir et à transmettre intégralement aux générations futures comme patrimoine civilisationnel ancestral séculier, entier et inaltéré.

L’ÉTAT RÉGIONAL KABYLE en aucun cas ne serait donc fondé sur une archaïque filiation exclusivement ethnique ou tribale et donc ne serait guère réduit à un conglomérat hétéroclite de tribus. Bien au contraire, celui-ci GAGNERAIT PLUS à être formulé selon une conception civilisationnelle moderne, sur la base d’un droit positif pour prétendre servir réellement d’INSTRUMENT JURIDIQUE efficace à l’affirmation de l’existence, l’émancipation et l’influence dans son environnement géostratégique de la NATION KABYLE indissoluble dotée d’une conscience collective, socioculturelle, historique et identitaire très forte multimillénaire.

L’appartenance à la nation kabyle apparaîtrait alors comme la SOUVERAINE et solennelle ADHÉSION citoyenne à son idéal de pérennité nationale. Par conséquent serait considéré Kabyle quiconque détient la NATIONALITÉ KABYLE. Celle-ci devrait être plutôt un attribut positif que pourrait revendiquer toute personne physique (individu) justifiant du principal et unique critère suivant :

Être né et avoir grandi ou vivant depuis longtemps en milieu kabyle, qu’il soit restreint (noyau familial) ou large (communauté, société). En outre, le Kabyle pour être tel devrait assumer solennellement et s’engager activement à perpétuer et à défendre la pérennité des VALEURS et du patrimoine identitaire, matériel et immatériel, constitutif de la nation kabyle (Territoire, langue, culture, civilisation, valeurs, traditions) dans lesquelles il se reconnaît par sa volonté et décide librement à contribuer avec conviction à l’édification et l’émancipation civilisationnelle de l’ÉTAT RÉGIONAL KABYLE qui ne serait pour ainsi dire, que l’émanation et la source de sa souveraineté.

Comme nous le voyons, forts de ce type de formulation cohérente, nous pouvons aisément confondre toutes critiques infondées et fallacieuses insidieusement invoquées par nos adversaires immémoriaux. Nous leur opposons un argument solide, réfractaire, indestructible selon lequel l’appartenance ÊTRE KABYLE au sein de l’État régional Kabyle n’est point fondée prosaïquement sur une FILIATION, une ascendance ethnique ou quelque filiation parentale « accidentelle » dérivant de vulgaires liens tribaux ou de sang, comme ils ne cessent de le propager faussement pour calomnier les solutions constructives habilement prônées par le MAK. En effet, en analysant les diverses dispositions et articles constitutifs du PAK, l’ÉTAT RÉGIONAL KABYLE auquel nous aspirons ne serait en aucun cas une reproduction mimétique d’un État-nation tribal, archaïque et suranné qui serait vite condamné par l’Histoire ; il serait encore moins fondé sur une base strictement ethnique, sectaire, une conglomération tribale hétéroclite, autarcique et refermé sur lui-même en vase clos ! Ce serait plutôt l’exact contraire de tous ces amalgames incongrus.

L’État régional kabyle sera une construction institutionnelle rationnelle, une prouesse civilisationnelle au sein du bassin méditerranéen. Elle traduira fidèlement une option résolue qu’entreprennent tous les Kabyles pour la rénovation et la modernisation de leur espace social et territorial de nature à témoigner de l’intelligence vive dont recèle sa composante humaine en vue d’y lancer un véritable développement durable totalement intégré. Pour ce faire, il est hors de question pour nous de sombrer dans un mimétisme déconcertant ou de reproduire inadéquatement des expériences étrangères hétérogènes. L’État régional kabyle sera un exemple original à part, à côté des exemples des États régionaux d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, entièrement réfléchi, conçu et mis sur pied par le génie du peuple kabyle au sein du bassin méditerranéen.

L’État régional kabyle, devrait alors s’ériger en une institution étatique régionale moderne, socialement accueillante et ouverte sur le monde et dont l’appartenance à celle-ci serait fondée EXCLUSIVEMENT sur l’adhésion consciente et totale, libre et résolue à des VALEURS, des concepts totalement positifs qui seraient clairement définis par la future CONSTITUTION RÉGIONALE KABYLE. Par voie de conséquence, l’État régional kabyle dont nous avons le DEVOIR de nous préparer dès à présent à jeter les bases doctrinales fondatrices serait appelé certainement à se développer en fulgurance, à progresser, à s’entrouvrir et à s’épanouir très rapidement au fil des ans : politiquement et institutionnellement, socialement, économiquement, et culturellement, scientifiquement et technologiquement en investissant dans son inestimable capital : le génie de l’homme kabyle.

Dahmane At Ali

Pise, le 15 janvier 2010