Pourquoi les kabyles manifestent-ils depuis le 22 février ?

0
Manifestation contre le systeme en Algerie
Manifestation contre le systeme en Algerie

KABYLIE (TAMURT) – Aujourd’hui, une bonne partie des kabyles sortiront encore dans les rues pour prendre part aux marches du vendredi. C’est la dixième fois que les kabyles vont marcher depuis le 22 février dernier et la question qui se pose toujours consiste à savoir pourquoi vont-ils manifester?

Il est clair que, plus de deux mois après le début de ce mouvement, les choses demeurent encore floues. On ne sait pas où se dirige-t-on ni comment sera et de quoi sera faite la fin d’un tel épisode que certains n’hésitent pas à qualifier de rien de plus qu’une guerre de clans à peine voilée. Une guerre de clans qui oppose l’état-major de l’armée algérienne (dirigé par Ahmed Gaid-Salah) et les deux autres clans (alliés d’après certains) : celui de Said Bouteflika et celui du général Mohamed Mediene.

On croyait au départ que les choses allaient s’éclaircir dans quelques jours, voire dans quelques semaines. Mais, en fin de compte, la cacophonie ne cesse de prendre de l’ampleur. Ce qui se passe rappelle, à plus d’un égard, le scénario regrettable que la Kabylie avait vécu en 2001 lors des événements du printemps noir. Au départ, les citoyens de Kabylie manifestaient pour des objectifs clairs ayant trait à l’intérêt général et à l’avenir de la Nation puis petit à petit, on s’est retrouvé face à des leaders d’un mouvement qui se limitaient à exiger une deuxième session du baccalauréat au profit des élèves de la Kabylie. Si le passé ne nous sert pas de leçon, nous sommes condamnés à reproduire les mêmes erreurs.

Les Kabyles devraient d’abord et avant tout se poser cette question et y répondre de manière directe : pourquoi nous marcherons aujourd’hui. La réponse ne devrait surtout pas être vague. Si c’est pour crier : « Djeïch chaâb khawa khawa » ou pour exiger le départ de Bensalah et Bedoui, les kabyles ne sont pas sans savoir que l’armée algérienne a encore des centaines d’autres Bensalah et de Bedoui dans son escarcelle.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici