Poursuite des travaux au sein de l’hémicycle Rabah Aïssat – Les débats ont été houleux et le wali a été sans ambages dans son discours

7

TIZI-OUZOU (Tamurt) – L’homélie n’a pas été de mise non plus. Seuls le politique, la science et la rationalité ont été mis en évidence. Le discours du président de l’APW, M. Mahfoud Bellabas, prononcé, hier, est pourvu en filigrane d’une grande connotation politique pour une oreille attentive et avertie. Le premier commis de l’Etat de la wilaya de Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou) a bien compris les mots du P/APW) qui refusa officiellement de donner le quitus à son bilan d’activités de l’année écoulée. Avant de nous étaler sur la réponse de M. Abdelkader Bouazghi, ô combien pourvue de bon sens et de justesse, nous jugeons utile de signaler d’abord la pertinente intervention de M. Mahmoud Derridj qui dénonça violemment l’incurie et l’incompétence. L’intervenant exhorta les responsables se considérant « incompétents ou peu disponibles » à exécuter comme il se doit leurs missions. « L’occupation d’un poste ou l’acceptation d’une mission quelconque ne doit pas se faire au détriment de la dignité», a martelé M. Derridj. Nos lecteurs doivent comprendre que M. Derridj a voulu désigner les responsables en poste chargés par le pouvoir de maintenir la wilaya de Tizi-Ouzou dans le sous-développement. Poursuivant son procès contre « les professionnels de la démagogie et du mensonge », l’intervenant qui est des couleurs du RCD a déclaré haut et fort que les chiffres concernant les dépenses et les réalisations avancés par l’administration « ne signifient absolument rien car ils ne cadrent absolument pas avec la réalité du terrain ».

Il n’est pas erroné de dire que c’est cette « secousse » déclenchée par M. Mahmoud Derridj qui est à l’origine du « jet à la poubelle » de certaines formes protocolaires et pusillanimités. En effet, par amour propre le directeur du commerce pour ne citer que celui-ci a déclaré, suite à son interpellation sur certaines questions relevant de ses prérogatives, que le commerce informel fait partie de la réalité et ne disparaîtra pas, à moins que des solutions réelles et définitives ne soient mises en pratique dans le grand secteur commercial. Le représentant de l’administration éducative s’est défendu à son tour comme « un lion protégeant sa famille et son territoire » après que les élus eurent décrit le secteur de l’éducation comme « une misère ». La directrice de la formation professionnelle ne s’est pas laissée marcher sur les pieds non plus. C’est avec chiffres à l’appui qu’elle a « prouvé » sa compétence et sa respectabilité. Ce n’est qu’après avoir écouté donc les uns et les autres que le wali, tel un maître de conférence, a pris la parole.

Le premier commis de l’Etat de la wilaya de Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou) a commencé son intervention par des chiffres et la nature des programmes lancés par secteurs lancés dans la wilaya depuis 1999 à ce jour. Selon le wali, la wilaya de Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou) a bénéficié au cours du plan quinquennal I999–2004, d’une enveloppe financière de 82 milliards de DA et les crédits consommés sont d’un montant de 64 milliards de DA, soit un taux de 88%. Pour le plan quinquennal 2005–2009, l’enveloppe octroyée par l’Etat au profit de la wilaya est de l’ordre de 256 milliards de DA. Et les crédits consommés sont de l’ordre de 113 milliards de DA, soit un taux de 46%. Par ailleurs, le wali a expliqué d’une manière exhaustive les différents cadres dans lesquels ont été octroyés les budgets ainsi que les créneaux pour lesquels ils ont été destinés, à savoir le projet sectoriel de développement (PSD), le projet communal de développement (PCD) et le projet centralisé pour le développement (PCPD). Avec sang froid et lucidité, M. Abdelkader Bouazghi a promis que tous les projets accordés pour la wilaya de Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou) seront lancés et/ou relancés dès l’année prochaine pour peu qu’une synergie résultant de toutes et de tous soit déclenchée. Concernant le logement social qui fait tant défaut à la wilaya de Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou), le wali a signalé que 5000 logements sociaux seront octroyés pour la seule commune de Tizi-Ouzou. Mille seront implantés à Oued-Falli et les quatre mille autres seront implantés au niveau de la zone industrielle. Mille autres seront octroyés pour les communes d’Azazga, Draâ El Mizan et Ouaguenoun. S’agissant de la situation intenable qui prévaut au niveau du chef-lieu de wilaya, le premier commis de la wilaya de Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou) a été sans équivoque. Il a affirmé que si la saleté continue à régner en maîtresse dans la ville, une épidémie sera inévitable.

Et sans hésiter, M. Abdelkader Bouazghi a désigné du doigt les 23 élus de l’APC de Tizi-Ouzou comme étant directement responsables de cette situation. Tout en rappelant que les éboueurs sont dans leur plein droit, le wali a déploré l’incapacité des élus de l’APC à pouvoir se réunir entre eux dans la sérénité pour répondre aux préoccupations des citoyens, notamment en ce qui relève de la salubrité. Toujours à propos de la commune de Tizi-Ouzou, le premier commis de l’Etat à Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou) a dénoncé le diktat opéré sur les services administratifs et techniques communaux en signalant ne pas comprendre leur mouvement de grève. A travers ce long discours mettant en avant la donne du terrible constat, il est facile de décrypter le message du wali qui se résume à peu près ainsi : « Messieurs les élus de l’APC de Tizi-Ouzou, cessez d’être des marionnettes et des pantins de la mafia. N’échangez plus votre dignité contre quelques avantages personnels d’ordre matériel ! ». La remarque et l’observation du wali ne sont pas dépourvues de fondements. En effet, la mafia qui sévit depuis des années au sein de la commune de Tizi-Ouzou (Tizi-Ouzou) ne profite en réalité qu’aux mafiosi. Les élus utilisés comme des outils dans les affaires d’escroquerie ne gagnent, selon des avis compétents, que des miettes. La récompense pour services rendus au Milieu se limite à une voiture et quelques dizaines de millions de centimes dans un compte bancaire. Bien sûr, les dîners agrémentés par la présence de prostituées ne sont pas comptabilisés.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici