Le pouvoir maintient sa décision : Slimane Bouhafs condamné à 3 ans de prison ferme

17
Slimane Bouhafs

ALGERIE (Tamurt) – Bien que la peine ait été diminuée, elle reste toutefois ferme.  La cour de Sétif a rendu son verdict en cette matinée du mardi en condamnant, contre toute attente, Slimane Bouhafs à trois ans de prison ferme.

Arrêté, la fin du mois de juillet dernier, par la brigade de cybercriminalité pour ses commentaires sur les réseaux sociaux lesquels ont été interprétés comme une offense à la religion musulmane et à son prophète, Slimane Bouhafs, militant de la cause kabyle et chrétien de confession, a été condamné en première instance, le 7 août, à cinq ans de prison ferme assortis d’une  amende dix millions de centimes.  Ayant interjeté un pourvoi en cassation, il sera rejugé  le 31 du mois d’août et le verdict a été rendu aujourd’hui.

« Condamner un chrétien kabyle à la prison ferme pour avoir donné son avis sur la religion musulmane et sur la décision du pouvoir d’Alger d’accorder le pardon, aux terroristes que Slimane avait lui-même  combattu alors qu’il était policier, est inconcevable » a déclaré Djamel, un militant du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie qui avait suivi le procès du début jusqu’à la fin.  D’autant plus, rajoutera ce dernier, Slimane est malade et ne peut subir l’épreuve de la prison.

 Amaynut