Le pouvoir veut récupérer Farid Ferragui

12

KABYLIE (Tamurt) – Décidément, le pouvoir algérien ne veut lâcher aucun symbole de la Kabylie sans ternir son image et lui porter atteinte d’une manière ou d’une autre. Tout le monde sait qu’actuellement les artistes kabyles se divisent  en deux. Il y a la première catégorie et elle est majoritaire d’ailleurs et fort heureusement. Celle-ci est constituée des chanteurs n’ayant jamais accepté de marchander leur dignité ni de vendre leur honneur au pouvoir Quel que soit le prix que le système qui gouverne l’Algérie y met.

Cette frange d’artistes ont par exemple refusé, Quelle que soit la rémunération proposée, à prendre part à la scandaleuse « Année de l’Algérie en France » et qui avait eu lieu, pour rappel, au moment où des dizaines de jeunes de la Kabylie se faisaient massacrer par des gendarmes algériens. Les mêmes artistes ne participent pas non plus à des activités visant à promouvoir la culture arabo-islamique au détriment de tamazight. C’est le cas notamment des activités culturelles appelées « Alger capitale de la culture arabe » ou encore « Tlemcen capitale de la culture islamique ». Il y a en revanche et malheureusement la catégorie des chanteurs de service dont une partie est le produit de médias algériens téléguidés. Même s’ils ne sont pas majoritaires, ils sont fort nombreux ces « artistes » qui émargent chez les officines du pouvoir. Ces derniers sont connus de tous tant ils sont des récidivistes et s’affichent publiquement. Il leur arrive même de souffler le chaud et le froid. Il tente, de cette manière, de garder une certaine légitimité auprès du peuple kabyle. En contre partie d’un cautionnement avec quelques chansonnettes entonnées devant un public constitué généralement d’opportunistes notoires. Ils reçoivent des dizaines de millions de centimes, dont ils ne versent aucune partie ni à la promotion de la culture berbère ni à l’action humanitaire ou encore à contribuer à améliorer le cadre de vie dans leurs propres villages. Ce genre de chanteurs a pris part à l’année de l’Algérie en France au moment où le sang des martyrs du printemps noir n’a pas encore séché en Kabylie.

Mais Farid Ferragui, et tout le monde le sait aussi, ne fait pas partie de ces chanteurs qui ont l’opportunisme et le reniement à fleur de peau. C’est un véritable artiste libre, honnête et engagé à sa manière aux côtés de son peuple kabyle et de sa culture amazighe. Il n’a jamais participé à aucun spectacle ni activité organisée par le pouvoir algérien avant ni après les événements du printemps noir de 2001. Mais cette semaine, tout le monde est étonné dans la ville de Tizi-Ouzou de découvrir que la direction de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou, gérée par télécommande, par El Hadi Ould Ali, ancien directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika, va organiser un hommage à Farid Ferragui à la maison de la culture « Mouloud Mammeri ». C’est la première fois aussi que le nom de Farid Ferragui, qui a su garder sa réputation intacte durant des décennies, figure à côté d’une liste infinie d’institutions étatiques comme la l’Office national des droits d’auteur (ONDA), la direction de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou, la maison de la culture et le comité des activités culturelles et artistiques de la même ville, créé par El Hadi Ould Ali à l’époque où il était directeur local afin d’avoir la mainmise sur tout se qui bouge et sur tout se qui ne bouge pas.

Pour l’instant, il est encore prématuré d’émettre un quelconque commentaire sur ce piège que s’apprête à tendre le pouvoir à Farid Ferragui. Mais, le souhait de tous ses fans à Tizi-Ouzou, à Bougie, à Tuβiret et à l’étranger, est que Farid Ferragui, tant estimé en tant qu’artiste mais aussi en tant qu’homme libre n’ayant jamais trahi son public, c’est que le fils de Tizi Ghennif, ne change pas de camp comme l’ont fait tant d’autres chanteurs avant lui. Et ce, quel que soit le cachet que l’ONDA (Office national des droits d’auteurs) lui proposera. L’argent ne fait pas l’honneur.

Tahar Khellaf pour Tamurt

12 COMMENTAIRES

  1. @Baql
    Le Chanteur Ait Menguelet est politiquement correct en Algerie c’est pour cela qu’il peut se produire dans les grande salle Mouggar et autres d’Alger. Il fait toujours des courbettes aux arabo-islamistes ( Fete de l’Algerie en France et autres) et est bien renumere par des petro-dollars . IL n ya qu’a voir ses proprietes a Paris pour se rendre compte. Les autres chanteurs sont presque interdits de se produire en Algerie.

  2. Ya M’henni fi plactek,qu’a dit Asran pour susciter ton ire et ta vindicte lui et ses « comparses » racistes.Il n’a dit que ce que les Kabyles dignes de ce nom, pensent.Quand aux arabes défends les bien en terre Kabyle, pour avoir droit à quelques emargements, comme les chanteurs dont-il est question dans l’article,pour ne pas faire la manche.Merci de nous épargner les vulgarités et menaces car ma dir wellou.Il est dit quelque part (J.P Sartre),il n’y a pas plus méprisable, qu’une victime qui vénère son bourreau.

  3. Et malheureusement il y a des kabyles à 4 sous qui pensent manger avant tout. Tous les serviteurs du pouvoir se recrutent dans cette catégorie de bas étage.

  4. Il n ya pas une seule salle en Kabylie qui n’echappe pas au controle du pouvoir. Si elle existait, peut etre que ces chanteurs independants et autres pourraient se produire librement et se faire payer. Cela se fait dans tous les pays du monde. Helas ce genre de salle dont je parle n’existe pas. Notre culture est prise en otage par les arabo-islamistes. C’est terrible ce qui se passe depuis 1962.

  5. Les chanteurs qui vivent de leur art sont rares en Kabylie : Aitmenguelet, Chérif Hamani et quelques autres. Le reste des chanteurs pratique leur art en plus d’une autre activité professionnelle. L’argument qui consiste à dire que si les chanteurs Kabyles ne chantent pas pour le pouvoir ils mourront de faim est faux ! La première catégorie (Amenguellet et autres) comptent sur leur public pour la vente de leurs produits ainsi que sur les galas et concerts au niveau local et à l’étranger et donc ne dependent pas du pouvoir et c’est en principe le cas. La seconde catégorie qui vit comme l’ensemble des Kabyles d’une activité professionnelle n’ont pas besoin de se vendre au pouvoir pour vivre.

    Rien absolument rien ne justifie d’aller rendre fréquentables en Kabylie ceux qui ont assassiné plus d’une centaine de jeunes Kabyles innocents et handicapé plus d’un milliers d’autres innocents. L’algérie officielle à clochardisé la Kabylie et il ne revient pas à de jeunes chanteurs de réhabiliter ceux qui piétinent notre langue maternelle depuis plus de 50 ans.

    On ne demande même pas à ces chanteurs de défier le pouvoir comme le font les militants Kabyles qui pour cela n’accèdent pas aux postes de la fonction publique pourtant bardés de diplômes, et qui voient même leurs locaux commerciaux et artisanaux subir des fermetures injustifiées pour les laisser mourir de faim eux et leurs familles. Ces chanteurs sont juste tenus de ne pas se mettre du côté du pouvoir. C’est un principe de solidarité avec les Kabyles militants. Et c’est aussi une question de dignité.

    Matoub Lounes, lui, ne s’est jamais mis au service du pouvoir. Mais n’est pas Matoub Lounes qui veut !

  6. AZUL,

    Eh oui, il est loin le temps ou Izem Matoub Lounés était là.
    Je préfère manger des cailloux que servir les bourreaux musulmans assassin de nos frères et perdre ma fierté Taqvaylit.
    Il y a bien deux catégories de Kabyles les traitres et les vraies depuis belle lurette.
    Au fait récemment Oulahlou à organiser un ptit concert au village d’Ait Zellal gratuitement en faveur de la population Kabyle qui souhaitent vivre libre dans un État Aqvayli MAK, je l’ai vu il y a pas longtemps et je peux dire qu’il ne fait pas la manche, ni ne mendie ou mange des cailloux.
    Tadukli pour la création de notre État Aqvayli, nous n’avons rien n’a voir avec eux.

  7. @Asran
    Si j’étais plus jeune je t’aurai  » cassé » à la Brice de Nice, genre ..tu es comme le H de Hawaï, tu ne sers à rien.
    Quand tu ne débites pas qq chose de raciste envers les arabes, voilà que tu as même de la haine pour des chanteurs qui doivent bosser pour nourrir leur famille ?
    Please, fais une opération de salubrité publique…disparais toi et tous tes compères racistes et haineux, ya tellement d’autres sites pour nazillons de ton genre.

  8. Farid Ferragui SVP faites attention à ce piège ne répondez à cet énième traquenard! parce que on vous aime et surtout on veux pas vous perdre.

  9. Evidemment qu’il y a deux catégories de chanteurs: ceux qui produisent sincèrement pour faire promouvoir la langue et la culture kabyle et ceux qui chantent pour gagner de l’argent sans tenir compte d’aucun principe. Si les premiers refusent de servir de caution à un pouvoir décrié par la majorité des kabyles, les autres sont même capables de participer avec quelques chansonnettes qui n’intéressent personne à un festival de la « culture arabe », comme par exemple cette année consacrée à Constantine capitale de la culture arabe. Farid Ferragui doit savoir ce qu’il fait. Ce n’est pas parce qu’il a besoin de sous qu’il va vendre son âme.

  10. Le fameux Farid Ferragui connu par ces chansons sentimentale , un Julio Iglesias Kabyle ! donc pour atterir un nombre de fidèles à cette évenement , c des femmes Kabyles , psychologique le travail du système Akhabith veut récupérer et orienter la femme Kabyle par leur nouveau programme d´ arabisation ( par une introduction en masse des femmes Kabyles dans leur école d´indigénat IQRAA ) .

  11. C’est que Farid, comme le commun des mortels, doit manger, et pour cela il faut travailler.
    Déjà que le piratage annihile toute envie de composer, si en plus, le chanteur doit boycotter le seul  » donneur d’ordres » organisateur de spectacles, il ne lui restera plus qu’à aller faire la manche.
    Je ne pense pas qu’il soit judicieux de mettre à dos ni stigmatiser nos chanteurs qui participent à ce genre d’événements, car en plus de les déstabiliser( l’artiste est tellement fragile), ça ne sert absolument pas la cause, les kabyles ne sont plus dupes ni dupés par le pouvoir.

  12. Donc tous les chanteurs kabyles qui se produisent lors des galas organisés par les directions de la culture de Tizi ou de Bgayet sont achetés par la pouvoir! C’est quoi ce délire? Pourquoi cet acharnement? Qu’est-ce que vous offrez à la place aux artistes kabyles si vous considérez les choses ainsi? Avez-vous réfléchi un instant quand vous avez divisé les chanteurs kabyles en deux catégorie dont l’une roule pour le pouvoir? Sincèrement la presse kabyle mérite mieux que cette médiocrité!

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici