Son premier secrétaire sera ce samedi à Tizi-Ouzou : Le FFS tente, en vain, de reconquérir la Kabylie

6
Secrétaire du FFS

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La percée spectaculaire du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie a mis dans l’embarras le front des forces socialistes, qui était jusqu’à un passé récent, le parti politique dominant en Kabylie.

Les responsables de ce parti politique ne savent plus sur quel pied danser après sa perte de terrain et surtout après que le MAK est devenu la première force politique en Kabylie. La panique a commencé sérieusement à gagner le plus vieux parti d’opposition surtout à la veille des élections municipales et législatives de 2017. Le décès d’Ait Ahmed n’a fait qu’affaiblir davantage un parti politique déserté par la totalité de ses membres fondateurs et la majorité de ses cadres. Pour tenter de rebondir, le FFS a commencé à initier des actions très limitées sur le terrain. C’est le cas notamment dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Dans cette région, ce parti rêve encore de séduire la population. Or cette dernière a tourné le dos aux deux partis FFS et RCD depuis qu’elle a compris qu’il s’agit en fin de compte de deux formations qui simulent un rôle d’opposants au pouvoir algérien.

Et en réalité, ils ne sont que de véritables relais locaux du système. Leur  mission se réduit à camper le rôle d’opposants en contre partie de privilèges pécuniaires comme des postes de députés, de maires et de membres aux APW. Le citoyen kabyle n’a, quant à lui, jamais tiré profit en votant pour le RCD ou le FFS. De nombreux observateurs vont jusqu’à dire que ces deux partis sont pires que FLN qui a ruiné l’Algérie. Le FFS donc essaye de réinvestir le terrain en Kabylie en perspective des élections de 2017.

Ce samedi, le nouveau premier secrétaire du FFS présidera cette semaine une session politique du bureau fédéral de Tizi-Ouzou à la salle du petit théâtre de la maison de la culture de Tizi-Ouzou. Cette sortie sur le terrain intervient au lendemain de la conférence de presse, animée par le président de l’assemblée populaire de la wilaya de Tizi-Ouzou d’obédience FFS où il a tiré à boulet rouge sur le RCD. Cette sortie médiatique, tout le monde l’aura compris, s’inscrit dans le sillage des préliminaires des élections de 2017. Mais, contrairement aux élections passées,  il y a une nouvelle donne et non des moindres qui faussera tous les calculs de ce qui reste du FFS. C’est le fait que désormais, la Kabylie rime actuellement avec l’indépendance. Tout le reste n’est plus qu’un amas de mauvais souvenirs fait de fausses promesses et de désillusions.

Tahar Khellaf