En présence des anciennes gloires de la JSK : Hommage exceptionnel à Matoub Lounès

6
Lounès Matoub
Lounès Matoub

KABYLIE (Tamurt) – Un hommage exceptionnel et inédit a été rendu ce samedi 27 janvier au Rebelle Matoub Lounès au stade du 1 er novembre de Tizi-Ouzou à l’initiative d’un groupe de citoyens dont l’ancien journaliste Mustapha Mazouzi.

Ce qui a marqué cet hommage grandiose, il faut le dire, c’est la présence d’étoiles éternelles de l’époque glorieuse de l’équipe de la Jeunesse Sportive de Kabylie. Ces derniers ne se sont pas limité de signer de leur présence à cet événement, organisé dans le sillage, de la commémoration du soixante-deuxième anniversaire de la naissance de Matoub Lounès, mais ils ont tenu aussi à prendre part aux matchs de football amicaux ayant eu lieu en cet après mémorable du samedi.

Parmi ces anciennes et éternelles figures de proue de la JSK, il y a  eu Djamel Menad, Hakim Medane, Moussa Saib, Mourad Amara, Rachid Adghigh, etc. Etaient également présents à cette rencontre hors du commun dédiée à celui qui a sacrifié sa vie pour la Kabylie, l’Amazighité et toutes les causes justes, sa sœur Malika, le chanteur Farid Ferragui, Nordine Ait Hamouda, fils du Colonel Amirouche, Ouahab Ait Menguellet (maire de Tizi-Ouzou) ainsi que plusieurs personnalités kabyles du monde sportif, culturel et médiatique en plus, bien sûr, du grand public qui a occupé les tribunes. Les matches de ce mini-tournoi de football dédié à la mémoire de Matoub Lounès se sont déroulés simultanément avec la diffusion des chansons de Matoub.

Les portrait géants du Rebelle étaient également accrochés sur place. De même que la tenue sportive portée par l’ensemble des joueurs était gravée du nom de Matoub Lounès. Une convivialité indescriptible a régné tout au long de cet hommage qui a eu lieu dans une ambiance populaire telle qu’a toujours vécu Matoub Lounès.

De même que toute casquette politique a été laissé de côté en dehors du dénominateur commun de tous les participants qu’est le fait qu’ils sont des kabyles partageant les grandes lignes du combat mené par Matoub Lounès, dont la laïcité, la « kabylité » et le rejet de tout ce qui symbolise le pouvoir algérien.

Tarik Haddouche