En présence des anciens du MCB : Saïd Boukhari enterré en héros

3
Cercueil de Boukhari

TIZI OUZOU (Tamurt) – Le grand militant du Mouvement Culturel Berbère (MCB) et des droits de l’Homme, feu Saïd Boukhari, a été enterré comme un héros ce vendredi 24 novembre 2017 dans son village natal Bouarfa, commune de Maâtkas, en Kabylie. Ils étaient tous là car Saïd Boukhari était estimé et aimé de tous.

Il était respecté car quelques soient les divergences politiques qu’il pouvait  avoir avec d’autres militants kabyles, il restait un homme avant tout et il agissait ainsi, se refusant de mélanger entre les convictions politiques et les relations humaines. C’est pourquoi, les citoyens et les militants présents le jour de son enterrement, en ce vendredi 24 novembre 2017, à Maâtkas où il était né en 1962, appartiennent à toutes les tendances politiques que recèle la Kabylie profonde. D’anciens détenus du printemps berbère comme son ami de toujours et fidèle compagnon de combat Saïd Khelil étaient là en ces moments d’adieu. Ce dernier a d’ailleurs été chargé par Saïd Boukhari, de son vivant, de prononcer l’oraison funèbre. Promesse donnée et tenue par Saïd Khellil qui avait la gorge nouée en ce triste vendredi en évoquant un homme aux qualités humaines exceptionnelles.

Parmi les présents à l’enterrement de du regretté Saïd Boukhari, il y avait aussi Djamel Zenati, Ali Brahimi, Sadi et Hend Sadi, Oussalem Mohand Ouamar, Arab Aknine, Said Chemakh, Karim Tabou, etc… D’ailleurs, le village de Bouarfa et le cimetière du même village se sont avérés trop petits pour accueillir toutes les personnes venues des quatre coins de la Kabylie pour un dernier hommage à Saïd Boukhari dont on ne reverra malheureusement plus jamais le sourire mais qui restera éternellement gravé dans nos cœurs.

Tahar Khellaf