Le président Tunisien veut interdire le port du Hidjab dans les écoles primaires

4
Tunisian former Prime Minister Beji Caid Essebsi delivers his speech to launch his "call of Tunisia" in Tunis on June 16, 2012. Beji Caid Essebsi, who ruled the country after the revolution and until the elections, gathered in Tunis thousands of supporters to launch a "call" to the union of forces in the country to preserve the gains of the revolution./Credit:HAMMI/SIPA/1206161806

TUNISIE (Tamurt) – Le discours tenu par l’actuel président Tunisien, Beji Caïd Essebsi, restera dans l’histoire. S’adressant à la nation, il n’a pas mâché ses mots pour affirmer sa ferme volonté « d’interdire le port du voile Islamique, Le Hidjab, dans les écoles primaires ».

Le président Tunisien, âgé de presque 90 ans, issu du parti Nida Tounès, n’a même pas évoqué le mot « Hidjab ». Il s’est contenté juste de qualifier le voile islamique, très en vogue en Tunisie ces derniers temps, de « Truc noir ». Si le discours a provoqué une vive polémique, plus particulièrement au sein de la mouvance islamiste, les laïcs et plus particulièrement les militants de gauche, ont approuvé à l’unanimité cette décision. Ce sont là des déclarations qui attestent de la volonté du régime Tunisien d’en finir avec les islamistes qui ont porté un sacré coup à son tourisme et à son économie.

Ce n’est pas la première fois que le premier magistrat Tunisien fera de telles déclarations. Dernièrement il a affirmé que les signes d’appartenances religieuses ne doivent pas être visibles dans la société Tunisienne.  La montée de l’islamisme inquiète sérieusement les Tunisiens qui craignent un scénario à l’Algérienne. Voir leur pays  sombrer dans la spirale du terrorisme islamiste. Surtout que la Tunisie est entourée par deux pays qui encourage le terrorisme, à savoir l’Algérie et la Lybie.

Lounès B