Pris d’un malaise après l’élection de Saadani à la tête du FLN : Le président de l’APN hospitalisé en France

15

ALGÉRIE (Tamurt) – N’ayant pas supporter l’élection forcée d’Amar Saâdani comme secrétaire général du FLN, le président de l’assemblée populaire nationale, Larbi Ould Khelifa, a été pris d’un malaise.

Il a été évacué en urgence samedi, à l’hôpital militaire de Ain Naâdja avant d’être transféré vers l’étranger. Son cas s’avère assez grave, selon des sources proche de la chambre basse du parlement. Il a subi une intervention chirurgicale assez complexe mais sans succès puisque ses médecins ont exiger son évacuation urgente vers la France.

Ould Khelifa a eut ce malaise juste à l’annonce de l’élection du nouveau patron du FLN, affirment des sources parlementaires. A croire qu’une malédiction s’abat sur les décideurs qui ont livré le peuple à la misère. Des ministres en poste ou d’anciens membres du gouvernement se font soigner à l’étranger aux frais du contribuable alors que les citoyens doi ent se contenter du minable système de santé algérien.

Le président Bouteflika a passé 80 jours d’hospitalisation en France pour revenir en Algérie et suivre une convalescence, remettant aux calendes grecques tous les rendez-vous importants comme le conseil des ministres, la signature de la loi de finance complémentaire qui sera intégrée dans la loi de finance 2014, comme l’a déclaré le premier ministre, Abdelmalek Sellal. Ce dernier sert de relai à Bouteflika l' »invalide » depuis son retour au pays. Les prérogatives de Sellal ont été réduites à néant après une mauvaise gestion des affaires du clan d’Oujda durant l’absence du président.

La vacance des postes des décideurs n’inquiète outre mesure le régime puisque Bouteflika est en convalescence depuis des mois et le président de l’APN est hospitalisé à la veille de la session d’automne du parlement. C’est ce qu’on appelle les écuries d’Augias.

Farid D