Proposé par Amara Benyounes : Un repris de justice ministre du tourisme

12
Benaggoune Messaoud

ALGÉRIE (Tamurt) – Quarante-huit heures après sa nomination, il a été mis fin aux fonctions du nouveau ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Messaoud Benagoun, puisqu’il s’est avéré être un repris de justice et un escroc.

C’est sur proposition d’Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA) qu’a été proposé le nom de Messaoud Benagoun, en tant que ministre dans le cadre du quota réservé au MPA. Un choix qui a été imposé puisque Amara Benyounes ne pouvait prétendre à ce porte feuille ministériel dès lors que la présidence a décidé, la veille du scrutin du 4 mai passé, que les chefs de partis n’auront plus droit d’être nommés ministres. Le nouveau ministre du Tourisme et de l’Artisanat, limogé hier matin, a été présenté par Amara Benyounes, comme étant une grande compétence dans le domaine du tourisme, quand Tebboune, le nouveau premier ministre a sollicité l’avis du numéro 1 du MPA. C’est suite à un dossier judiciaire remis à la présidence par les services de sécurité, concernant Messaoud Benagoun, que de nombreux délits dont aurait été coupable ce dernier sont apparus au grand jour.

Ainsi, Messaoud Benagoun aurait été condamné à quatre reprises par la justice algérienne dans des affaires qui seraient jugées graves. Il aurait ainsi écopé de six ans de prison dans l’une de ces affaires. Aussi, Messaoud Benagoun aurait  trafiqué son diplôme de licence après avoir passé huit ans à l’université sans succès. Le drame, c’est que Messaoud Benagoun a même été élu dans la wilaya de Batna en tant que député suite aux dernières élections législatives du 4 mai dernier. Comment une personne, avec un tel dossier judiciaire, a-t-elle pu valider sa candidature ? Il  est évident que ce personnage a des complicités locales à Batna, où il s’est présenté, qui ont permis de cacher sa face sombre. Mais le plus grave, c’est le fait qu’Amara Benyounes n’ait pas trouvé mieux à proposer pour le poste ministériel qui a échu à son parti. Même si Amara Benyounes  ignorait le véritable profil de Messaoud Benagoun, sa responsabilité reste entière. Il est le premier à être sensé connaitre les gens avec qui il travaille depuis des années.

Tahar Khellaf