Prostitution politique à l’approche des élections

2

KABYLIE (Tamurt) – La prostitution politique refait surface depuis quelques temps en Kabylie sinon, en Algérie, cela dure depuis longtemps. Des ex-élus qui se présentent en tant que candidats sous une autre bannière surprennent plus d’un.

L’actuel président de l’assemblée populaire de wilaya, Ali Rabhi, a décidé, en un laps de temps, de quitter sa formation politique pour rejoindre le FLN tant décrié par le parti d’Ait Ahmed. Il n’est pas le seul à avoir quitté le FFS qui n’est plus qu’une simple coquille vide. Depuis hier, l’ex-élu à l’APW, Slimani Hani, professeur à l’université de Bougie, a, également, déposé sa démission au niveau du bureau fédéral du FFS.

Celui-ci s’est attaqué à son parti politique qu’il qualifie, désormais, de formation à caractère stérile, divisionnaire, de copinage et opportuniste à souhait. Mais cela ne concerne pas seulement la formation chère à feu Ait Ahmed, il y a également d’autres formations qui se sont vidées de leurs militants qui ont préféré rejoindre d’autres partis politiques. C’est le cas, par exemple, de l’ex-maire de la station balnéaire d’Aokas qui a décidé de rejoindre, après avoir assuré deux mandats de maire sous la bannière du FFS, le FLN, formation du pouvoir.

Amaynut        

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici