Il publie un livre avec le même titre : Le Dr Boudarene plagie le regretté Slimane Medhar

9
la-violence-sociale-en-algerie-de-slimane-medhar-livre

CULTURE (Tamurt) – L’ex-député du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et psychiatre, Mahmoud Boudarene, publie ces jours-ci, aux éditions Koukou (dirigées par Arezki Ait Larbi) un livre dont le titre est directement plagié sur l’un des livres publiés, il y a vingt ans, par le regretté sociologue, Slimane Medhar : « La violence sociale en Algérie ».

En effet, c’est en 1997 que le sociologue Slimane Medhar, également originaire de la wilaya de Tizi-Ouzou, tout comme Mahmoud Boudarene, avait publié pour la première fois son livre « La violence sociale en Algérie » qui a obtenu beaucoup de succès. L’ouvrage a été édité par Tala-éditions. Puis ayant été épuisé, le livre a été réédité par le même éditeur en 2009. L’ouvrage de Mahmoud Boudarene dont la parution est annoncée pour début septembre porte exactement le même titre que celui de Slimane Medhar. L’ouvrage de Boudarene comporte, certes, un sous-titre : Comprendre son émergence et sa progression mais il n’en demeure pas moins que son titre principal est le « copier-coller » de celui de Medhar.

Le plagiat en Algérie est une pratique très courante dans le domaine de la production culturelle et artistique. L’absence de rigueur dans le traitement de ce genre d’affaires a fait que de tels actes restent souvent impunis. L’un des cas de plagiat récent et flagrant est celui de Yasmina Khadra, lequel pour écrire son livre « Ce que le jour doit à la nuit » n’a pas hésité à puiser l’intégralité de la trame du roman de l’écrivain kabyle, Youcef Dris, intitulé « Les amants de Padovani ». Il faut reconnaitre que la responsabilité incombe aux auteurs plagiés qui ne réagissent souvent que très rarement.

Tahar Khellaf pour Tamurt