Le racisme de Naïma Salhi n’est pas singulier

6

ALGERIE (Tamurt) – Les déclarations haineuses de Naïma Salhi contre la langue kabyle ont provoqué la colère et l’indignation un peu partout en Kabylie, sauf en Algérie.  « J’ai dit à ma fille, je te tue, si tu oses parler encore en kabyle », aurait-elle déclaré, toute honte bue. Mais, faut-il le rappeler, son racisme envers les Kabyles n’est pas un cas singulier.

Ses déclarations, qu’on peut aussi qualifier de franches, ne font que refléter ce que pense la majorité des Algériens. D’ailleurs, aucun responsable politique algérien n’a réagi aux déclarations de Naïma Salhi.  Cette dernière n’a fait qu’exprimer hautement ce que pensent les Algériens tout bas. Ces derniers n’ont jamais accepté la langue tamazight. Dhaballah a même déclaré récemment que la pratique de Yennayer est un acte de « Djahilia » (periode antéislamique qui signifie selon le coran l’ignorance). Mais alors pourquoi les Arabes tentent-ils de s’accaparer de Yennayer au point de l’officialiser chômé et payé…

Mahfoud Nahnah a déclaré un jour qu’heureusement Matoub Lounès n’était pas enterré dans un cimetière musulman.  » Boumédiène a juré qu’il pouvait exterminer tous les Kabyles. Donc les déclarations à caractère raciale contre les Kabyles sont une culture chez une bonne partie des Algériens.  Rares sont les Algériens qui sont pour tamazight, leur langue. Ils préfèrent l’arabe. C’est leur choix, mais les Kabyles aussi ont leur choix!

Ravah Amokrane