Le RAJ soutient les journalistes algériens

0
Directrice journal El Fedjr

ALGÉRIE (Tamurt) –  Dans un communiqué transmis à la presse, le rassemblement action jeunesse (RAJ) interpelle le pouvoir algérien au sujet des pressions faites à la corporation des journalistes. Il est mis en exergue le fait que  « la liberté de la presse en Algérie est menacée, des journalistes ont été interpelés et poursuivis en justice pour leurs écrits, plusieurs dizaines de journaux ont été fermés suite au monopole de l’Etat sur la publicité publique, unique source de revenu pour les médias algériens, avec laquelle les pouvoirs publics  exercent une pression sur les journaux ».

Et d’ajouter  « Aujourd’hui, le quotidien arabophone El-Fadjr risque de disparaitre, Mme Hadda Hazem, directrice de publication de ce journal observe une grève de la faim depuis le 13 novembre pour dénoncer les pressions que subit son journal. La presse électronique n’est pas épargnée de cette attitude répressive des pouvoirs publics, le journal électronique TSA a été bloqué sur les réseaux d’Algérie Télécom et Mobilis de manière informelle ».

Face à cette situation, le RAJ exprime son soutien et sa solidarité à la directrice du quotidien arabophone  El-fadjr en grève de la faim pour protester contre la pression que subit son journal et à tous les journalistes qui se battent pour la liberté de la presse, l’un des fondements d’un Etat de droit et de démocratie. Il dénonce ces atteintes aux libertés d’internet, de la presse et d’expression ainsi que l’utilisation de la publicité pour faire pression sur les médias indépendants en vu de les étouffer. Il appelle à la levée du monopole de l’Etat sur la publicité publique en garantissant une gestion transparente et une distribution équitable de la publicité publique e, enfin, appelle les journalistes à se mobiliser pour consolider une presse libre et indépendante.

Amaynut