Réélection de Bouteflika: La presse Sud Africaine souligne l’incapacité de Bouteflika à présider l’Algérie

0
Lyazid Abid en Afrique du Sud

ALGERIE (Tamurt) – Bien qu’Alger ait soutenu l’ANC de Mandela, avec armes et soutien politique, les sud-africains se sont rendus à l’évidence que l Algérie indépendante a remplacé  le colon français et que le mythe du FLN est définitivement enterré ainsi que la légitimité historique. La visite du vice-président du Gouvernement provisoire kabyle (GPK) en Afrique du Sud, Lyazid Abid, s’avère très fructueuse puisque le GPK a suscité un vif intérêt et la considération de la presse de ce pays et des responsables politiques. 

L’entêtement du régime et du clan de Bouteflika à rester au pouvoir est devenu le sujet favori de la presse même des pays lointains. Ce matin, le journal Citizen, quotidien le plus lu au pays de Mandela, a consacré un long article sur la réélection de Bouteflika. « La démocratie pratiquée en Algérie, assez comique, ne peut pas passer sans réfléchir sur les élections qui ont eu lieu cette semaine », lit-on au début d’article.

Le journaliste a mis en exergue l’incapacité physique de Bouteflika d’assurer convenablement sa tâche de chef d’Etat. « Un chef de l’Etat qui a besoin d’être assisté pour se rendre à l’isoloir, cherche maintenant la réélection après avoir été dans le fauteuil pendant plus de 15 ans », note le rédacteur de l’article.
Le journal Citizen a comparé Bouteflika au célèbre dictateur africain « de fou Bob, notre voisin, et son règne de terreur si ardemment soutenu par le président Jacob Zuma ».

Le quotidien Citizen a mentionné que le régime algérien est à la fois militaire et policier et ne tolère aucune opposition au régime et qui réprime dans le sang toute forme de protestation politique pacifique. Les scandales en série de corruption des ministres algériens dont le frère de Bouteflika et lui-même sont impliqués directement sont également révélés par le quotidien Sud Africain.

L’auteur de l’article a signalé que la corruption est généralisée et a pris des proportions alarmantes depuis la réélection de Bouteflika et toutes les institutions de l’Etat sont gangrenées par ce phénomène.
Le journaliste a mentionné aussi l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques par le pouvoir algérien qui a encouragé l’islamisme radical depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir.

Une longue partie de cet article détaillé sur la situation politique en Algérie est consacré sur la persécution du peuple Kabyle et Mozabite par le régime raciste d’Alger. Un article qui se veut objectif, sans langue de bois, qui ne ménage pas le régime meurtrier d’Alger. Une première.

Saïd F