Remerciements du comité de soutien au Docteur Fekhar

0
Dr Fekhar

COMMUNIQUE (Tamurt) – Le comité de soutien au Dr Fekhar et ses codétenus tient à remercier les associations, les journalistes, écrivains, artistes et amis de la liberté qui ont indiscutablement contribué à la réussite du rassemblement du 09 juillet 2016 à Paris. Un rassemblement qui à marqué une année d’emprisonnement injuste de militants des droits de l’Homme, à leur tête, le Dr Fekhar.

Le comité de soutien depuis sa création, s’est fixé comme mission principale de sensibiliser de la communauté internationale, que cela soit les États, les organisations des droits de l’homme, ou encore, journalistes, écrivains et artistes.

Il est irréfutable que ces détenus mozabites n’ont commis aucun crime passible d’emprisonnement et que la liberté d’expression n’est pas et ne devrait pas constituer un fait condamnable par la justice. Incontestablement, la liberté de s’exprimer est la première des justices.

Nous avons appris, avec satisfaction, la réussite de plusieurs détenus mozabites dans  l’épreuve du baccalauréat algérien, et nous leur présentons nos fraternelles et sincères félicitations. Nous sommes aussi admirateurs de leur courage et leur abnégation à faire avancer leur cause même en étant privé de leur premier droit naturel, la liberté.

Avoir la force mentale et la motivation nécessaire pour réussir une épreuve aussi difficile que le baccalauréat, et une preuve supplémentaire des valeurs pacifiques et progressistes qui animent ces détenus mozabites, à l’image de la jeunesse et du peuple Mozabite.

La justice Algérienne a procédé à la libération de plusieurs détenus mozabites ces derniers jours. Des détenus qui ont purgé soit la quasi totalité  de leur peine ou ont bénéficié de la grâce présidentielle.

Nous somme convaincus que cette décision de la justice algérienne est la bonne, et contribuera inéluctablement à rétablir la justice et à amorcer un processus de solution équitable  dans le pays mozabite, car un problème politique ne peut trouver sa solution que dans une démarche politique, basée sur le débat  et non sur la répression.

Nous encourageons vivement la justice algérienne à aller encore plus loin : à savoir la libération de tous les détenus d’opinion mozabites, puis d’opter pour un débat qui aura pour socle la volonté sincère d’œuvrer au respect des droits de l’homme.

CHERAIOU porte-parole du comité

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici