Reportage : La Kabylie à la 80e Fête de l’Humanité

15

L’Ambiance au Stand de la Kabylie:

Du 10 au 12 septembre 2010, le drapeau de la Kabylie, comme celui de
la majorité des peuples du monde, a flotté devant les yeux des
centaines de milliers de visiteurs, qui, comme chaque année, viennent
découvrir des représentants de peuples, d’associations, de partis et
mouvements politiques, tous venus faire connaitre leur travail, leur « cause ».

Le Stand du MAK, dominé par les couleurs vives de la Kabylie, a
continuellement attiré un grand nombre de visiteurs. Là ils pouvaient,
entre autres, s’entretenir avec des cadres du MAK et de l’Ananad, fortement
représentés à cet évènement, apprécier l’art kabyle à travers
l’exposition de tableaux de Hocine Hettal et de ravissants bijoux en
argent proposés à la vente. Ils pouvaient aussi acheter des livres
traitant de la Kabylie, sa langue, sa culture et son histoire, comme
ils pouvaient déguster un bon couscous dans un espace calme aménagé
derrière le stand sous un soleil radieux.

Il y a eu de la musique aussi. Toute la journée, les chansons de Ali
Amrane, Ferhat Imazighen Imoula, Inasliyen, Oulahlou, Takfarinas où
encore Idir passaient en boucle. De temps à autre, les chansons de fête
prenaient le relais et la route se transformait alors en piste de danse
où Kabyles et « étrangers » dansaient sur les airs folkloriques de Mohammed
Allaoua et autres chanteurs spécialisés dans ce genre de musique. Le
soir du dimanche, Kamal Ifilis et Rabah Tissilia ont assuré une
animation musicale qui a attiré beaucoup de monde.

Tout au long des trois jours qu’a duré la fête de l’Humanité, des livrets
résumant la démarche du MAK et de l’G.P.K. ont été proposés aux passants.

Des centaines, voire plus d’un millier des ces livrets ont été ainsi
distribués. Près de 300 personnes ont apporté leur soutien à l’G.P.K. et à [la
pétition lancée par Mme Djamila Amgoud, la ministre de la Culture->http://www.kabylie-gouv.org/appel-pour-que-vive-le-peuple,176.html?lang=fr], en laissant leurs signatures et coordonnées.

<img660|center>

Interventions et interviews des cadres du GPK et du MAK:

L’G.P.K., le gouvernement provisoire kabyle a été représenté par plusieurs de
ses cadres et ministres, à l’exemple de M. Mekhlouf Idri, ministre de
la Jeunesse et des Sports et Porte-parole de l’G.P.K., qui a animé une
conférence ayant pour thème « Le régime algérien et les droits de
l’Homme ». Le conférencier en a brossé un tableau des plus noir devant
une assistance nombreuse. Il n’a pas manqué de rappeler pour
l’occasion l’affaire des non-jeûneurs arrêtés par la police algérienne
un peu partout en Kabylie pour « non-respect des préceptes de l’Islam »
et de revenir sur la situation de la liberté de la presse en Algérie
pour dénoncer l’arrestation récente de Djilali Hadjadj , journaliste
et correspondant de Transparency International en Algérie. Le
conférencier a parlé d’humiliation en rappelant que sur 180 pays,
l’Algérie est classée à la 111e place par son « niveau perçu de
corruption ». Tout au long de la conférence, le Porte-parole de
l’G.P.K. n’a pas cessé de stigmatiser le régime algérien et d’insister
sur l’urgence d’arracher la Kabylie de ses griffes.

Mme Djamla Amgoud, ministre de la Culture de l’G.P.K. a, quant à elle,
animé une conférence sur le thème de « La restauration du Patrimoine
kabyle ». Elle était accompagnée par son staff qu’on venait alors de découvrir. Il était composé de Gaya Izennakhen, Kamila Adli et Fadhela Hebbadj. Mme la ministre a fait part de quelques projets de son ministère. Elle a parlé notamment d’un projet qu’elle est en train d’étudier en collaboration avec
l’association « Patrimoine sans frontières » afin de restaurer un
village kabyle authentique, qui n’a subi aucune « modernisation », vu
qu’il a été abandonné par ses habitants depuis longtemps. M. Gaya
Izennakhen, cinéaste et producteur, a pris la parole pour dénoncer le pouvoir algérien qui a délaissé le patrimoine culturel et archéologique de la Kabylie et « qui fait tout pour détruire ses repères identitaires “.

Parmi les cadres de l’G.P.K. présents au Stand du MAK, il y avait aussi le Président du Haut-Conseil de la Diaspora kabyle (HCDK)[[Décret n° GZM/2010/13/ASAN/08 du Journal officiel de l’G.P.K. =>http://www.G.P.K..org/?article156&lang=fr]], M. Arezqi Bakir,
récemment désigné à ce poste par le président de l’G.P.K. M. ferhat
Mehenni. Lors de l’interview réalisée pour le compte de Radio Tamurt[[http://radio.tamurt.info]], Arezqi Bakir a rappelé l’importance de la diaspora kabyle dans la lutte pour l’autonomie de la Kabylie et nous a déclaré que l‘un des objectifs de l’instance qu’il préside est justement d’aller à la rencontre de cette diaspora afin de la sensibiliser davantage à la cause kabyle et la faire participer au projet de l’Autonomie.

Lors de l’interview qu’il nous a accordé, Ahviv Mekdam, cadre du
MAK-France, a lancé un appel à tous les Kabyles, qu’ils résident en
Kabylie, en France ou ailleurs pour qu’ils s’intéressent plus à
l’actualité de leur pays d’origine. Il les invite à se demander si la
Kabylie mérite le sort que lui réserve le pouvoir algérien et comment
en finir avec l’injustice qu’elle subit continuellement depuis 1962.

Il a reconnu que sans une majorité de Kabyles derrière son projet, la
tâche du MAK sera très difficile. «Il est nécessaire que chaque kabyle
apporte sa contribution selon ses moyens pour que la Kabylie reprenne
son destin en main » a-t-il conclu.

Le même besoin d’adhésion d’une majorité de Kabyles à la démarche du
MAK a été relevé par le président du MAK-France, M. Nasser At Hemmad.
« Il faut, a-t-il dit, profiter des évènements comme celui de la
fête de l’Humanité pour faire connaitre la cause kabyle et gagner des
adhérents ». Il nous a annoncé que des activités de sensibilisation
vont être lancées un peu partout en France pour aller à la rencontre
des Kabyles afin de connaitre leurs besoins et de leur parler du
projet d’Autonomie. Abordant le sujet des moyens financiers, le
président du MAK-France nous a révélé que le MAK se porte beaucoup
mieux que les années précédentes. Il en a profité pour annoncer la
prochaine ouverture d’un Bureau du MAK-France à Paris répondant à
toutes les exigences de ses activités.

<img661|center>

Arrivée de Ferhat Mehenni:

Le président de l’G.P.K., M. Ferhat Mehenni, celui que tout le monde
attendait sans vraiment savoir s’il allait être là ou pas, a
finalement fait son apparition samedi en fin d’après midi. On a pu
assister à des accolades chaleureuses avec le Président du
gouvernement provisoire kabyle. Beaucoup de personnes ont en profité
pour immortaliser ce moment en prenant une photo avec lui.

Suite à cela, M. Ferhat Mehenni a pris la parole pour faire un bref
constat sur la situation qui prévaut en Kabylie, reprenant l’analyse
publiée sous forme d’appel[[Communiqué mis en ligne sur le site du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) en même temps qu’il le prononçait => http://www.kabylie-gouv.org/?article178&lang=fr]] :  » La Kabylie est
en danger! Parce qu’elle a une personnalité et une identité très
fortes qui l’ont poussée, le 1er juin dernier, à se doter d’un
gouvernement provisoire en exil, elle se retrouve sabotée, incendiée,
livrée à l’insécurité totale et à la répression par le pouvoir
sanguinaire d’Alger. »

Le président de l’G.P.K. a profité de sa présence au stand de la Kabylie à
la Fête de l’Humanité « pour lancer un appel à la Kabylie pour la
mobilisation politique générale »: « En mon nom personnel et au nom du
gouvernement en exil que je représente, j’appelle à l’unité des rangs
kabyles autour du projet d’autonomie de la Kabylie. »

Pour le président du gouvernement kabyle en exil, il devient urgent
d’en finir avec la situation qui prévaut en Kabylie: « En prévision de
la commémoration du 10e anniversaire du printemps noir, il est du
devoir de chacun de se mobiliser d’ores et déjà pour que d’ici le 20
avril 2011, nous ayons le droit et les moyens de nous autogouverner. »,
a-t-il martelé, avant de lancer un appel au Secrétaire général de
l’ONU « pour qu’il se saisisse de la question kabyle d’une manière
urgente ». « Cela éviterait, dira-t-il, une évolution qui serait
dangereuse pour l’ensemble des peuples épris de paix dans le bassin
méditerranéen, en Europe et aux États-Unis. »

<img662|center>

Comments are closed.