Répression de la marche du MAK à Tizi-Ouzou : Des policiers Kabyles s’accrochent avec leurs collègues arabophones

24

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La cruauté avec laquelle a été réprimée la marche du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, dimanche dernier, par les policiers, a provoqué l’ire de certains policiers Kabyles. Juste après la marche, selon une source crédible et nos collègues de l’agence Siwel, des affrontements ont failli éclater à l’intérieur de la caserne du centre-ville de Tizi-Ouzou (ex-brigade de gendarmerie), entre Kabyles et arabes.

La situation a failli dégénérer. « Les policiers Kabyles n’ont pas admis la façon avec laquelle les militants du MAK ont été traités et ils ont dénoncé le racisme de leur collègues arabophones. Ils se sont accrochés verbalement », a précisé notre source.

Effectivement, durant le rassemblement des militants du MAK devant le portail de l’université Hasnoua de Tizi-Ouzou et leur empêchement de marcher, des policiers en tenue civile et en uniformes ont traité de tous les noms d’oiseaux les Kabyles.

L’incident qui a eu lieu entre Kabyles et arabophones à la fin de la marche renseigne bien sur la virulence des policiers qui ont fait preuve d’excès de zèle. Sur place, les policiers Kabyles ont appelé au calme, à maintes reprises, leurs collègues arabophones qui s’acharnaient sur les jeunes Kabyles qui voulaient juste marcher pacifiquement et revendiquer leur droit à la liberté d’expression.

Reste seulement à savoir quelle sera la suite réservée aux policiers Kabyles qui ont osé dénoncer la cruauté de leurs collègues. Aucune information n’a filtré à ce sujet. Les policiers Kabyles seront-ils sanctionnés ? C’est fort probable, d’ailleurs une note leur interdit même de s’exprimer en langue Kabyle, alors que dire lorsqu’ils ont commis le « sacrilège » de défendre les militant du MAK !

Les querelles entre arabes et Kabyles dans les casernes militaires et policières en Algérie ne datent pas d’aujourd’hui. Et l’histoire nous a enseigné que les hauts gradés se sont toujours alignés du côté des arabes.

Saïd F