Révélations du maquisard Ouali Ait Ahmed : « Ce n’est pas la femme de Messali El Hadj qui a conçu le drapeau algérien »

18
Ouali Ait Ahmed
Ouali Ait Ahmed

ALGÉRIE (Tamurt) – Le maquisard et ancien officier de l’Armée de Libération Nationale,  Wilaya III (Kabylie), Ouali Ait Ahmed, vient de faire tomber encore le masque d’un autre mensonge et mythe de l’Histoire de l’Algérie. Un mensonge d’Etat qui a été entretenu pendant des décennies par le pouvoir algérien à travers son histoire officielle, écrite et racontée de manière à faire des lâches des héros et vice-versa. Ainsi, Ouali Ait Ahmed vient de jeter un pavé dans la marre en déclarant, avec certitude, que ce n’est guère la femme de Messali El Hadj qui a conçu le drapeau algérien.

Qui est donc celui qui a conçu cet emblème ? Ouali Ait Ahmed répond en donnant même des détails. « C’est une commission du Parti du Peuple Algérien qui a été présidée par Amar Imache en 1934 », répond Ouali Ait Ahmed, connu notamment pour ses nombreuses conférences animées dans les quatre coins de la Kabylie ainsi que pour ses contributions dans la presse. Et d’ajouter : « L’épouse de Messali a cousu cet emblème, c’est tout ! Et ce, après qu’il ait été conçue par la commission présidée par Imahce Amar ». Et la femme de Messali, précise encore Ait Ahmed, ne la cousu qu’en 1945, soit plus de dix ans plus tard, avec les événements des massacres du 8 mai.

Ouali Ait Ahmed ajoute que c’est le grand militant du mouvement national, en l’occurrence Ferhat Ali, qui l’a révélé dans les années cinquante. Le nombre d’événements de l’Histoire de la guerre d’indépendance, ayant été réécrits par le pouvoir algérien de sorte à minimiser l’apport des kabyles est infini. Jusqu’aux années quatre-vingt-dix, les noms des héros comme Krim Belkacem et Abane Ramdane étaient tout simplement bannis de tous les manuels d’histoire et des médias.

L’affaire du drapeau algérien vient ainsi s’ajouter à cette longue liste d’événements et de faits historiques que le pouvoir algérien a falsifié sciemment  tout comme l’histoire de Tamazgha, devenue subitement, en 1962 et à ce jour, une terre arabe, comme le stipule d’ailleurs le préambule de la constitution actuelle au grand dam de ceux qui ont crié victoire en avril 2016 après que tamazight ait été décrétée comme « langue officielle » dans la même constitution.

Tarik Haddouche